Nouveaux sonnets de Kiril Kadiiski

Nouveaux sonnets de Kiril Kadiiski

traduit du bulgare par Sylvia Wagenstein avec des peintures de Nikolaï Panayotov
Ce livre est plus qu’un recueil de poèmes, il est un livre d’art. Il présente le dernier recueil de Kiril Kadiiski, accompagné de treize peintures de Nikolaï Panayotov, reproduites en quadrichromie. Chaque peinture et chaque poème traduit sont présentés en page de droite. En page de gauche et face à chaque poème, est reproduit le poème original, de la main du poète, en fac-similé. Ce dispositif impose l’impression de tout l’ouvrage en quadrichromie. La couverture est agrémentée d’une quatorzième peinture de Panayotov.

"Nouveau diabolique

Dehors, la nuit froide et nue.
La lune, vieille bassine émaillée,
gît sur le plancher à côté de toi…
Mais qui lavera ton corps rigide ?

Tu ne connais plus ni souffrances ni fatigue ;
monument culbuté – ton cadavre étendu,
les ombres des branches du jardin
tels des rats trottent sur lui.

Dehors – ton fantôme ou ta personne ?
sur son élan insensé, un jeune poète flâne
et dans le glacial crépuscule du matin, il voit :

comment des noires cheminées – dents pourries,
le jour pendu au ciel
mord encore sa langue violacée. "

Paru le 1er janvier 2007

Éditeur : L’Escampette

Genre de la parution : Livre d’artiste

Poème
de l’instant

Coplas

Que fais-tu, hibou, sur ton olivier,
avec ces grands yeux tout écarquillés ?

Je m’occupe à observer, dit l’oiseau,
du temps la longue traversée.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.