Nuit des anses pleines

de Franz Benjamin

Nuit des anses pleines

Nuit des anses pleines dit le voyage sous les eaux, là où se croisent les mystères de l’amour. Fluidité. Célébration de l’être aimé. Le poème invoque corps et présence. Le désir remonte lacs, rivières, fleuves, mers. L’univers liquide donne à voir et à rêver. La seule espérance : plonger au cœur du sentiment.

Je marche campé entre deux eaux
jusqu’à tes yeux
il n’y a pas de miracle
renouvelé de promesses
femme de mes dix doigts

Extrait du prologue

Au fil des mots et des jours, je rassemble ces morceaux d’existence pour en faire un poème. Tard la nuit, je reprends les routes de la solitude. C’est à travers la poésie que je retrouve la plénitude. Celle de pouvoir gagner en toute liberté les grands boulevards de l’imaginaire sans avoir à demander la permission à quiconque.
Pourquoi écrire ? Simplement pour exister en dehors du bavardage et de la mise en quarantaine de l’amour et de la liberté.

Poète, Franz Benjamin célèbre la vie à travers ses livres. Il est député de la circonscription de Viau à l’Assemblée nationale du Québec depuis octobre 2018.

Paru le 3 février 2021

Éditeur : Mémoire d’encrier

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Coplas

Ce que tu nommes l’avenir
est un futur antérieur où
jamais nous ne pourrons aller.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.