Orizons

Contact

<i>Sonnets à Orphée de Rainer Maria Rilke</i>

1er mars 2012

Sonnets à Orphée de Rainer Maria Rilke

Édition bilingue de l’allemand par Charles Dozynski.
Écrits en 1922 à Muzot, dans le Valais, en « quelques jours de saisissement immédiat » et conjointement aux dernières Élégies de Duino, auxquelles ils sont jumelés, les Sonnets à Orphée, sont une oeuvre magistrale et cristalline de Rilke. Après des décennies de traductions diverses, ils n’ont pas perdu un iota, ou un électron, de leur magnétisme, de leur puissance dionysiaque. Rilke affirme « le chant est existence » et son chant perpétue, en effet, une (…)

<i>Un four à brûler le réel</i>

1er février 2012

Un four à brûler le réel

"Poète et critique, Charles Dobzynski nous invite à un singulier voyage au bout du siècle. Tout un siècle du territoire de la poésie qu’il parcourt, sous l’égide de Pierre Reverdy auquel il a emprunté son titre : Le poète est un four à brûler le réel. Ce panorama englobe 57 poètes, commence avec Guillaume Apollinaire et s’achève sur Franck Venaille. […]"

<i>Je est un juif</i>

1er mars 2011

Je est un juif

"On ne naît pas femme, on le devient" disait Simone de Beauvoir. Peut-on prétendre : "On ne nait pas juif, on le devient". C’est ce que tente d’élucider Charles Dobzynski dans ce singulier roman en vers.

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.