Oser l’amour

Auteur : Guy Allix

Oser l'amour

Chez Allix, plus l’œuvre suivait son labyrinthe personnel, plus le poème s’est fait bref et tendu, essentiel, sans fioriture ni romantisme. C’est vrai, Bernard Noël, l’un de ses préfaciers, a bien lu : c’est avec une flèche sur la page que ce poète contemporain écrit. Et Pierre Dhainaut a mieux compris encore quand il note : “A la soif Guy Allix ajoute la source, au cri la prière ”.
Alors, la tentation a existé d’ajouter une phrase redondante aux propos de tous ceux qui saluent depuis trois décennies cette voix exceptionnelle […]
Quoi qu’il en soit, ne cherchez pas, ô critiques, des ressemblances rassurantes en découvrant ce livre unique qui s’ouvre parfois jusqu’à la déchirure. “A mesure que je suis plus démuni, la poésie me devient plus essentielle ”… C’est du Guy Allix, tout simplement. Il serait grand temps d’en être reconnaissant.
Jean Luc Maxence, extrait de la préface de Le poème et mon seul courage

Paru le 30 septembre 2007

Éditeur : Atelier de Groutel

Genre de la parution : Livre d’artiste

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.