« PÉRENNITÉ DE L’ÉPHÉMÈRE »

Une rencontre entre Didier Cahen et Jean Frémon, Président-Directeur-Général de la Galerie Lelong.

L’ÉPHÉMÈRE (Cahiers trimestriels de littérature, 1967-1972, éditions de la Fondation Maeght)

La revue L’Ephémère a marqué de son empreinte le champ de la poésie au tournant des années 1960. Son comité de publication réunissait Yves Bonnefoy, Louis-René des Forêts, André du Bouchet et Gaëtan Picon, bientôt rejoints par Jacques Dupin qui avait lancé le projet, Michel Leiris et Paul Celan. Ils publieront régulièrement des textes dans la revue, souvent l’ébauche de leurs nouveaux ouvrages.

Les 20 cahiers associent des poètes, des écrivains et des artistes, qui partageaient des préoccupations esthétiques et éthiques : Giacometti, Bram van Velde ou Nicolas de Staël. Ils sont tous habités par une même idée : « L’éphémère est ce qui demeure, dès lors que sa figure visible est sans cesse réeffacée. »

16 mars / 19h

Bibliothèque de l’Arsenal
1 rue de Sully
75004 Paris

RÉSERVATION


Entrée libre sur réservation

Poème
de l’instant

Ma vie est une chanson

On me demande parfois d’où je viens
Et je réponds « Je n’en sais rien
Depuis longtemps je suis sur le chemin
Qui me conduit jusqu’ici
Mais je sais que je suis né de l’amour
De la terre avec le soleil »

Francis Bebey, 1929-2001, « Ma vie est une chanson », Anthologie africaine : poésie , Éditions Hatier, 2001.