PO&PSY

Collection Po&psy aux éditions ÉRÈS : 33 av Marcel Dassault, 31500 Toulouse

Recueils et livres d’artistes
Un éditeur spécialisé dans les sciences humaines lance PO&PSY, "petite collection de poésie".

Petite par le format et le coût, mais se voulant grande par la qualité des textes présentés et par l’étendue du champ qu’elle se propose d’explorer à l’adresse de lecteurs pas nécessairement familiarisés avec l’édition de poésie : inédits et retraductions de toutes langues et de toutes époques, dont le choix repose délibérément sur la conjugaison du "parti pris des choses" et de formes poétiques brèves.

Issa, Pas simple en ce monde d’être né humain : trad. du japonais par Danièle Faugeras & Pascale Janot
Alireza Rôshan, Jusqu’à toi combien de poèmes : par trad. du persan Tayebeh Hashemi & Jean-Restom Nasser
Sôgi, Trois voix à Minase : trad. du japonais par Shinji Kosaï & François Migeot
Hanne Bramness, Le blues du coquillage  : trad. du norvégien par Anne-Marie Soulier
Yannis Ritsos, Secondes ; trad. du grec par Marie-Cécile Fauvin
Olav H. Hauge, Bateau de papier : trad. du norvégien par Anne-Marie Soulier
Elisabét Jokülsdòttir, Solstice : trad. de l’islandais par Catherine Eyjölfsson
Eva-Maria Berg, La mémoire des branchies : trad. de l’allemand par Danièle Faugeras et Inge Kresser
Kenneth Rexroth, Les poèmes d’amour de Marichiko : trad. de l’anglais par Joël Cornuault
Poèmes tamouls de l’époque Sangam (8ème s.) : trad. du tamoul par Geetha Ganapathy-Doré
Antonio Porchia, Voix réunies – œuvre complète : tard. de l’espagnol par Danièle Faugeras
Abbas Kiarostami, Des milliers d’arbres solitaires - œuvre complète : trad. du persan par Tayebeh Hashemi & Jean–Restom Nasser et Franck Merger & Niloufar Sadighi.
Paolo Universo, Dans un lieu commun j’ai fini par te trouver poésie – œuvre complète : tard. de l’italien par Danièle Faugeras & Pascale Janot
Federico García Lorca, Polisseur d’étoiles – œuvre poétique complète : trad. de l’espagnol par Danièle Faugeras.

Contact

Aux éditions ÉRÈS : 33 av Marcel Dassault, 31500 Toulouse
Collection / Association PO&PSY ; 95A ru du Castelas, 30260 LIOUC

30260

Liouc

Des milliers d'arbres solitaires d'Abbas Kiarostami

1er juin 2014

Des milliers d’arbres solitaires d’Abbas Kiarostami

Traduit du persan par Tayebeh Hashemi & Jean-Restom Nasser et par Niloufar Sadighi & Franck Merger. Accompagné de collages de Mehdi Moutashar.

J'ai jardiné les plus beaux volcans de Michel Dunand

1er janvier 2014

J’ai jardiné les plus beaux volcans de Michel Dunand

un carnet de voyages en littérature et poésie de Michel Dunand, reproduit en facsimilé.
"J’ai du mal à parler de moi. Je n’y tiens pas vraiment. J’ai donc décidé, de nouveau, dans ce neuvième recueil, et cela sans orgueil, de laisser le plus souvent la parole à certains de mes compagnons de route, ou de mes guides. Ils vous diront forcément, tout en se présentant (vous les connaissez, je pense, en tous cas, pour la plupart d’entre eux), qui je suis, qui je ne suis pas. Mais ne vous fiez pas trop à (…)

Trois voix à Minase (Renga du 15ème siècle) de Sôgi, Sköhaku et Sôchô

1er juillet 2013

Trois voix à Minase (Renga du 15ème siècle) de Sôgi, Sköhaku et Sôchô

traduit du japonais par Shinji Kosaï et François Migeot.

Grenier d’étoiles de Federico Garcia Lorca

1er juin 2013

Grenier d’étoiles de Federico Garcia Lorca

Selection de poèmes de jeunesse.
Traduction de Danièle Faugeras.

Bateau de papier d’Olav H. Hauge

1er juin 2013

Bateau de papier d’Olav H. Hauge

Une sélection en édition bilingue de poèmes brefs du poète norvégien Olav H. Hauge, traduit par Anne-Marie Soulier, accompagné d’une photographie de Sandrine Cnudde.

<i>Avant les mots</i>

1er juin 2012

Avant les mots

Dessins de Magali Latil.

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.