Paradise Now

Paradise Now

Ouvrage de Robin JOSSERAND.

"Mai 68 et ses origines sont des nostalgies : l’ère des avant-gardes est finie, c’est face au vide que l’on considère aujourd’hui son héritage. Le monde de 1968, déjà simplifié et spécialisé, spectaculaire et marchand, a inventé une rhétorique de l’idée, naïve, radicale et sensible. Penser sur tout, discuter sans cesse, c’était déjà la révolution.
La spécificité de la réception française de la contre-culture des années 60 est politique, son influence sur Mai est incontestable mais complexe, confuse, brouillée. Le caractère performatif des arts américains conduit à la relève des artistes français et va pousser à la révolte, comme une réponse à la culture dominante, un contre-courant. Cette avant-garde c’est la poésie beatnik, le folk du Greenwich Village, la free press subversive, les happenings du Living Theatre, le mouvement psychédélique de la côte ouest… L’underground imprègne la société et permet aux étudiants d’imaginer les thèmes libérateurs des murs de la Sorbonne, c’est la concrétisation d’une utopie."

Paru le 15 octobre 2018

Éditeur : Voix d’encre

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Alejandro Jodorowsky

Es como abrir un menhir con las manos

Cesad de buscar, vosotros mismos sois la puerta
y también los guardianes que prohiben la entrada.
A cada paso que dais os alejais del ombligo
convertidos en fantasmas sedientos de aventura.
Creeís que el matrimonio os libera de la muerte
o que el dinero os inscribe en la jerarquía divina.
Cesad de buscar, el filtro mágico es la conciencia,
ojo que puede regresar a las cuencas vacías de Dios
atravesando la muerte. Nadie se encuentra a sí mismo
recorriendo los mares o bajando a cavernas.
No es fácil, es como abrir un menhir con las manos
porque tenemos un alma más dura que la piedra.

Alejandro Jodorowsky, Traduit de l’espagnol (Chili) par Martin Bakero et Emmanuel Lequeux
dire ne suffit pas, no basta decir, Le Veilleur Éditions, 2003.