Passion Apollinaire, la poésie à perte de vue

Passion Apollinaire, la poésie à perte de vue

Par Laurence Campa et Michel Décaudin

"Homme-époque", ami des peintres, journaliste, critique, éditeur, conteur, Apollinaire est un poète pluriel. Cette incursion dans sa vie et dans son oeuvre est avant tout un voyage : lieux traversés, arpentés, visités, lieux de rêverie, de flânerie, de bohème, espace de l’amour, espace de la guerre, territoires imaginaires et poétiques. Considérant que la poésie n’a pas de frontières, qu’elle unit la vie, l’imagination et le langage, que les arts dialoguent et se mélangent, Apollinaire chante, exprime et invente "la poésie à perte de vue".
Cette reconstitution iconographique ets une première. A travers 500 documents, elle brosse le portrait intime d’un inventeur de formes qui voulait être ici et ailleurs, tout le temps, et avec tous ; mais dépeint aussi une oeuvre d’art cinétique sans égal. Laurence Campa et Michel Décaudin nous transmettent la grâce poétique et le charisme subtil d’Apollinaire, poète solaire. Ils nous rappellent la surprenante modernité de son oeuvre, issue d’un monde bouillonnant, assassiné par l’hécatombe de la Grande Guerre.

Éditions Textuel, 2005
49 €, 192 pages

Paru le 1er octobre 2004

Éditeur : Textuel

Genre de la parution : Livre d’artiste

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.