Patricia Laranco

Patricia Laranco

La mer a sa tendresse

Regarde-là, la mer
Elle accourt
de partout
Matière vagabonde
Enluminure
fébrile
Hérissements
salins
Embruns lourds
galops nus
L’écume à toute allure
voies lactées
sur le sable
inscrites à grands renforts
vifs
sur le chant
noir
du ciel…

Paru le 1er juin 2015

Éditeur : Le nouvel Athanor

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Stèles

La cime haute a défié ton poids. Même si tu ne peux l’atteindre, que le dépit ne t’émeuve : Ne l’as-tu point pesée de ton regard ?
La route souple s’étale sous ta marche. Même si tu n’en comptes point les pas, les ponts, les tours, les étapes, - tu la piétines de ton envie.
La fille pure attire ton amour. Même si tu ne l’as jamais vue nue, sans voix, sans défense, - contemple-la de ton désir .

*

Dresse donc ceci au Désir-Imaginant ; qui, malgré toutes, t’a livré la montagne, plus haut que toi, la route plus loin que toi,
Et couché, qu’elle veuille ou non la fille pure sous ta bouche.

Victor Segalen, Stèles, « Stèle au désir », 1912.