Petite éternité – L’œuvre poétique tardive de Jean Hans Arp

d’Agathe Mareuge

Petite éternité – L'œuvre poétique tardive de Jean Hans Arp

Une lecture rapprochée de la poésie tardive de Jean Hans Arp (1886-1966), figure majeure du mouvement Dada à Zurich, ami des surréalistes, peintre, sculpteur, également auteur d’une importante œuvre poétique bilingue, en allemand et en français, qui couvre plus d’un demi-siècle de création (avec un choix de poèmes encore inédits).

Comment se renouveler pour un dadaïste lorsque l’on a déjà derrière soi plusieurs décennies de création, et que l’on revendiquait la nouveauté radicale comme principe esthétique ? Comment, alors même que l’on a commencé à créer pendant et à cause de la Première Guerre mondiale, en exprimant par la poésie le rejet de la barbarie humaine, peut-on continuer à écrire après 1945, lorsque la catastrophe non seulement se répète, mais s’amplifie démesurément moins d’un quart de siècle plus tard ? Ces deux questions, relatives au vieillissement des avant-gardes et à leur rapport à la réalité historique, se sont posées au dadaïste Jean Hans Arp au sortir de la Seconde Guerre mondiale et guident la réflexion du présent ouvrage.
Ce travail s’intéresse à un pan méconnu de sa production : sa poésie tardive, dont il propose une lecture rapprochée. Prenant le contre-pied des recherches réduisant l’innovation et l’expérimentation formelles d’Arp à sa production dadaïste, il met en lumière l’inventivité et la cohérence structurelle de l’œuvre des années cinquante et soixante, permettant l’expression d’une subjectivité instable et fragmentaire. Dans sa poétique tardive, empruntant une voie singulière dans le contexte générationnel du devenir des avant-gardes après 1945, Arp maintient intacte la virulence de sa critique de la civilisation et propose quelque chose comme un contre-modèle poétique, que l’on pourrait appeler sa « cosmogonie de poche », qui fait plus que jamais fi de la linéarité sémantique.
L’ouvrage propose un choix de poèmes encore inédits d’Arp, issus de sa production tardive.

Paru le 2 septembre 2019

Éditeur : Les presses du réel

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.