Poème de campagne II

David Dumortier

Mon pays était une roulotte
Il suffisait
De regarder le ciel
Pour voir que nous avancions lentement.
Habiter une roulotte
C’est vivre au grand air
Et mon pays était dehors
Comme tous les pays dorment aussi dehors.
C’est ce froid dans les mots
Qui donne aux enfants
L’envie de partir
En choisissant un jour sans neige
Pour qu’on ne les suive pas.

Poème
de l’instant

Leconte de Lisle

Midi

Homme, si, le cœur plein de joie ou d’amertume,
Tu passais vers midi dans les champs radieux,
Fuis ! la Nature est vide et le Soleil consume :
Rien n’est vivant ici, rien n’est triste ou joyeux.

Mais si, désabusé des larmes et du rire,
Altéré de l’oubli de ce monde agité,
Tu veux, ne sachant plus pardonner ou maudire,
Goûter une suprême et morne volupté,

Viens ! Le Soleil te parle en paroles sublimes ;
Dans sa flamme implacable absorbe-toi sans fin ;
Et retourne à pas lents vers les cités infimes,
Le cœur trempé sept fois dans le Néant divin.

Leconte de Lisle, 1818-1894, « Midi », Poésies antiques, 1852.