Poème sur Mantes la Ville

Alain Serres

Mantes-la-ville
Aux enfants de ses quartiers

C’est à Mantes-lavoir
que le jour rince nos mines,
nos mines en papier journal
Salies par le plomb de la vie.

C’est à Mantes-la vie
que la lumière pressée nous sert le thé
de nos impatiences infusées,
de nos fragiles désirs d’îles.

C’est à Mantes-la ville
que ton lilas pousse
dans le désert de tes paumes ouvertes,
et tu n’en sais rien.
Regarde encore tes mains
et parle-leur.

Alain Serres

Poème
de l’instant

Coplas

Où va donc ce chemin ?
- Ce chemin ne va pas :
ce chemin reste là,
à l’endroit où il est.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.