Poèmes

Une joie secrète

Charles Juliet

immergés
tous deux
au plus reculé
d’un silence
qui efface
le monde
la calme
tension
de ton écoute
prends
prends
mes mots
donnons-nous
du vivant Charles Juliet, Une joie secrète, Voix d’encre, 2002.

Treizième poésie verticale

Aujourd’hui je n’ai rien fait.
Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.
Des oiseaux qui n’existent pas
ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent
ont rencontré leurs corps.
Des paroles qui existent
ont recouvré leur silence.
Ne rien faire
sauve parfois l’équilibre du monde
en obtenant que quelque chose aussi pèse
sur le plateau vide de la balance. Roberto Juarroz, Treizième poésie verticale, traduit de l’argentin par Roger Munier, Librairie José Corti, (…)

Brexit

James Noël

Aux yeux des étoiles, les murs et les gratte-
ciels sont des géants aux pieds d’argile Les
étoiles, ça roule des reins et cille des yeux
dans leur migration hautement lucide Pour
elles, le monde est plat et sans hauteur dans
son asphalte, donc ils ne constituent pas une
preuve solide, indéboulonnable dans l’univers James Noël, Brexit, suivi de La Migration des murs, Éditions Au diable vauvert / (…)

Indicateur de la ligne du ciel

Jean-Pierre Luminet

Atomes mêlés
brasier de baisers
enveloppement total
extase de ta seule existence
je dors avec toi
baignant dans ta lumière
notre petite chambre se rapproche des conditions du soleil Jean-Pierre Luminet, Indicateur de la ligne du ciel, Le Cherche midi éditeur, 2020.

L’ARDEUR COSMIQUE

L’Ordre et la Vérité sont nés
de l’Ardeur qui s’allume.
De là est née la Nuit.
De là l’Océan et ses ondes.
De l’Océan avec ses ondes
naquit l’Année,
qui répartit jours et nuits,
régissant tout ce qui cligne des yeux. Rig-Véda, « L’ARDEUR COSMIQUE », traduit du sanskrit par Louis Renou, Du feu au cœur du vent, Trésor de la poésie indienne, Édition de Zéno Bianu, Poésie/Gallimard, 2020.

Liberté !

Andrée Chedid

Tu existes pour agir
Devant toi les champs libres
Tu es faite
Pour te dégager
De tout enfermement
Tu as nom
Liberté ! Andrée Chedid, Inédit pour le Printemps des Poètes.

Poésie la vie entière

René Guy Cadou

Mon printemps est dans l’air du large, dans l’écume
Blanche ainsi qu’un enfant qui n’a pas su grandir René Guy Cadou, Poésie la vie entière, Œuvres poétiques complètes, Éditions Seghers, 1991.

Éphéméride

Valérie Rouzeau

Une dispute
Une disrupte
Un entendu mal
Un proquiquo
Et merle vadis domino Valérie Rouzeau, Éphéméride, Éditions La Table ronde, 2020.

Le spectateur enchanté

Lokenath Bhattacharya

Posté à la fenêtre, dans la maison qui est la sienne, enca-
dré, tableau lui-même, il reste là, à regarder. Son regard
tourné vers qui, quoi ? Vers la rue ? Ne s’y rencontre-t-il,
au contraire, ni chemin ni défilé ? Pas davantage d’arbres,
de collines, de montagnes ? Pas non plus d’êtres vivants,
pas un seul ? N’y trouve-t-on donc que vide infini, ciel illi-
mité, insondable silence ? Lokhenath Bhattacharya, Le spectateur enchanté, Éditions La Part des anges, (…)

Le porteur d’ombre

Anise Koltz

Et si mon poème n’était qu’un visa
pour un pays lointain
une facture impayée
un compte à découvert Anise Koltz, Le porteur d’ombre, Éditions Phi, 2001.

Poème
de l’instant

Jacques Darras

La Maye réfléchit

je froisse le temps
sa porte s’ouvre
et moi j’attends
qu’un oiseau entre m’annoncer
qu’il est grand temps que je m’envole
mes ailes d’enfant
sont repliées
quel est le livre
quelle est la page ?

Jacques Darras, La Maye réfléchit, Éditions Le Castor Astral & In’hui, 2020.