Poèmes à dire, une anthologie de la poésie francophone

Auteur : Zéno Bianu

Poèmes à dire, une anthologie de la poésie francophone

Cette anthologie de poésie contemporaine francophone s’attache à révéler le chant profond, toujours à l’œuvre, dans les poèmes du XXe siècle. De Paul Claudel à Valérie Rouzeau, d’Antonin Artaud à Ghérasim Luca, de Charles Péguy à Serge Pey, ces textes disent toute leur musique à voix haute.

Lire, c’est dire - et dire, c’est se dire. Écoutez comme tout le corps passe dans la voix. Dites, en vous disant, toutes les couleurs de la langue. Car ces « poèmes à dire » sont aussi à aboyer, articuler, barytonner, beugler, bourdonner, brailler, célébrer, chansonner, chantonner, chanter, chuchoter, confier, crier, déclamer, déclarer, découvrir, dévoiler, dégoiser, entonner, ébruiter, exalter, exprimer, feuler, fredonner, gazouiller, glorifier, gueuler, hurler, manifester, marteler, miauler, moduler, murmurer, pépier, proclamer, prononcer, propager, proposer, pulser, réciter, répéter, révéler, roucouler, rugir, siffler, solfier, souffler, sourire, striduler, vocaliser.
Poèmes à dire et à redire. Dans la jubilation du partage. Poèmes adressés à l’autre, tendus vers l’autre dans une fraternité essentielle - fût-elle désespérée. Poèmes-« poignées de main » (selon la formule de Paul Celan). Poèmes-exorcismes, au sens de Michaux, qui nous demande de « tenir en échec les puissances environnantes du monde hostile ». Poèmes-offrandes, poèmes-facéties, poèmes-insurrections.

Réédition 2013. Présentation et choix de Zéno Bianu, Collection Poésie/Gallimard.

Paru le 1er mars 2012

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.