Poèmes dans le métro parisien

Du 9 mars à l’été 2022

Avec les poèmes de

JEANINE BAUDE, L’Éphémère - 88 plaisirs fugaces © Éditions Bruno Doucey, 2022.
ZÉNO BIANU, Là où dansent les éphémères © Le Castor Astral, 2022.
FRANÇOIS DE CORNIÈRE, Là où dansent les éphémères © Le Castor Astral, 2022.
SEYHMUS DAGTEKIN, Là où dansent les éphémères © Le Castor Astral, 2022.
CYRIL DION, À l’orée du danger © Éditions Actes Sud, 2022.
GAËLLE JOSSE, Et recoudre le soleil © Notabilia / Noir sur Blanc, 2022.
HÉLÈNE LANSCOTTE, Là où dansent les éphémères © Le Castor Astral, 2022.
EMMANUEL MOSES, Là où dansent les éphémères © Le Castor Astral, 2022.
ORIANNE PAPIN, L’Éphémère - 88 plaisirs fugaces © Éditions Bruno Doucey, 2022.
JEAN PORTANTE, Là où dansent les éphémères © Le Castor Astral, 2022.

Partenaires

RATP

Poème
de l’instant

Lettres à Sophie Volland

10 juillet 1759,

J’écris sans voir. Je suis venu ; je voulais vous baiser la main et m’en retourner. Je m’en retournerai sans cette récompense ; mais ne serai-je pas assez récompensé si je vous ai montré combien je vous aime ? Il est neuf heures, je vous écris que je vous aime. Je veux du moins vous l’écrire ; mais je ne sais si la plume se prête à mon désir. Ne viendrez-vous point pour que je vous le dise et que je m’enfuie ?

Adieu, ma Sophie, bonsoir ; votre cœur ne vous dit donc pas que je suis ici ? Voilà la première fois que j’écris dans les ténèbres : cette situation devrait m’inspirer des choses bien tendres. Je n’en éprouve qu’une : je ne saurais sortir d’ici. L’espoir de vous voir un moment m’y retient, et j’y continue de vous parler, sans savoir si j’y forme des caractères. Partout où il n’y aura rien, lisez que je vous aime.

Denis Diderot, Lettres à Sophie Volland.