Poèmes en apnée de Dinu Flamand

Poèmes en apnée de Dinu Flamand

Dinu Flamand est né en 1947 dans un village de Transylvanie. Après des études de philologie, il travaille à Bucarest pour de multiples maisons d’édition et des revues. Ses premiers recueils de poèmes paraissent en 1971. Il a maille à partir avec la censure pour son livre État de siège et la pression étatique devenant étouffante, il se consacre à une activité de critique littéraire et de traducteur. Son choix se porte sur Fernando Pessoa. En 1989, à l’occasion d’un voyage au Portugal, il se résout à l’exil et s’installe à Paris où il occupe encore des fonctions de journaliste à Radio-France Internationale.
cf
http://www.ladifference.fr/

Paru le 1er septembre 2004

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Stèles

La cime haute a défié ton poids. Même si tu ne peux l’atteindre, que le dépit ne t’émeuve : Ne l’as-tu point pesée de ton regard ?
La route souple s’étale sous ta marche. Même si tu n’en comptes point les pas, les ponts, les tours, les étapes, - tu la piétines de ton envie.
La fille pure attire ton amour. Même si tu ne l’as jamais vue nue, sans voix, sans défense, - contemple-la de ton désir .

*

Dresse donc ceci au Désir-Imaginant ; qui, malgré toutes, t’a livré la montagne, plus haut que toi, la route plus loin que toi,
Et couché, qu’elle veuille ou non la fille pure sous ta bouche.

Victor Segalen, Stèles, « Stèle au désir », 1912.