Poèmes épars

Auteur : Gaston Miron

Poèmes épars

Je le pense : ce monde a peu de réalité je suis fait des trous noirs de l’univers Parfois quelquefois, en quelque lieu d’un paysage bouge une splendeur devant soi qui repose là dans sa migration et l’amertume d’être un homme se dissipe.

Voici rassemblés, pour la première fois, dans une édition préparée par Marie-Andrée Beaudet et Pierre Nepveu, des poèmes que Gaston Miron a écrits entre 1947 et 1995 et qu’il a publiés pour la plupart dans des revues et des anthologies. La quête de la « femme sans fin », l’angoisse des lointains, le souci du pays et de l’héritage : hors de L’homme rapaillé, c’est le poète semblable à lui-même et pourtant toujours inépuisablement neuf.

Paru le 17 avril 2003

Éditeur : L’Hexagone

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Louis Aragon

L’amour qui n’est pas un mot

Ma vie en vérité commence
Le jour que je t’ai rencontrée
Toi dont les bras ont su barrer
Sa route atroce à ma démence
Et qui m’as montré la contrée
Que la bonté seule ensemence

Tu vins au cœur du désarroi
Pour chasser les mauvaises fièvres
Et j’ai flambé comme un genièvre
À la Noël entre tes doigts
Je suis né vraiment de ta lèvre
Ma vie est à partir de toi

Louis Aragon, « L’amour qui n’est pas un mot », Le roman inachevé, Éditions Gallimard.