Poèmes pour habiter la terre

de Philippe Mac Leod

Poèmes pour habiter la terre

À quoi bon la poésie ? Dans un monde désenchanté, déserté par l’esprit autant que par le divin, pourquoi des poètes en temps de crise ? Peut‑être, simplement, pour habiter la terre autrement, en contemplant, en aimant, en vibrant, en s’interrogeant, avec inquiétude parfois, toujours avec émerveillement, attentifs au mystère que nous sommes et que nous portons comme unique trésor.

Poèmes pour habiter la terre est une traversée jusqu’aux limites du visible et du dicible, qui est sans doute la seule façon d’habiter ce monde en profondeur comme en plénitude. Philippe Mac Leod chemine dans sa quête de sens et de présence au réel, animé par la lumière intime, celle de l’enfance du monde, et murmure, le regard emporté par ce qu’il voit. Une poésie à l’écoute du vent, des bruissements et des chants les plus ténus.

Aux mots du poète succède un carnet de lecteurs. De professions et d’âges divers, ces derniers prennent la parole pour évoquer leur promenade dans les pages de ce livre.

Paru le 5 juin 2015

Éditeur : Le passeur

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Jean-Louis Rambour

33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse)

Il arrive fréquemment que les hommes aient peur des chevaux. Certains jouent les indifférents, d’autres ne cachent pas leur inquiétude. Pégase, le cheval divin, avait des ailes d’ange à faire peur. Incitatus avait une écurie de marbre, une mangeoire en ivoire, à faire peur. Sur la tombe de son cheval, Alexandre fonda la ville de Bucéphalie et provoqua peur et questionnement. Mais là, là, dans ce champ jaune, il s’agit de retourner les terres les plus empierrées, car tout le monde ne possède pas encore son Massey Ferguson. Auquel on ne prête ni ailes ni ombres.

Jean-Louis Rambour, 33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse), Cahiers du Loup bleu, Les Lieux-Dits, 2020.