Poèmes sans queue ni tête

d’Edward Lear

Poèmes sans queue ni tête

Lauréat du Prix Poésie des lecteurs Lire et faire Lire 2006.

Edward Lear, dessinateur et portraitiste du XIXème siècle, est très populaire en Angleterre pour ses « limericks » délicieusement absurdes. Des générations de jeunes lecteurs anglais se sont délectés de ses petits poèmes si étonnants et drôles qui sont souvent cités comme les meilleurs représentants du « nonsense ».
François David a choisi d’être fidèle à l’esprit, plus qu’à la lettre, de ces textes extravagants en souriante complicité avec leur douce folie, leur invention et leur si belle liberté de ton.
Henri Galeron, habile aux rapprochements les plus inattendus et au fantastique débridé, illustre l’illustre illustrateur avec tout son talent et une joie perceptible à chaque page

Paru le 1er novembre 2004

Éditeur : Motus

Genre de la parution : Jeunesse

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.