Poèmes

Poème sur Mantes la Ville

Alain Serres

Mantes-la-ville
Aux enfants de ses quartiers
C’est à Mantes-lavoir
que le jour rince nos mines,
nos mines en papier journal
Salies par le plomb de la vie.
C’est à Mantes-la vie
que la lumière pressée nous sert le thé
de nos impatiences infusées,
de nos fragiles désirs d’îles.
C’est à Mantes-la ville
que ton lilas pousse
dans le désert de tes paumes ouvertes,
et tu n’en sais rien.
Regarde encore tes mains
et parle-leur.
Alain (…)

Morlaix

Jean-Albert Guénégan

Kernéguès
fiacre de mon enfance,
tissu des années meilleures
où Morlaix joue à saute-mouton
avec la campagne scintillante de roses
et ses collines, hamac de la mer.
Rue des jardins,
roue de paon du matin
où l’aube isole les destins,
pastel sous mes lampes,
au 33 je demeure.
Le plain-chant des merles
donne des ailes aux rues,
les platanes sont myopes
au regard de l’hiver.
D’un commun accord,
la lune et les étoiles
bénissent mon passage
et jouent
à qui touchera mes fleurs.
De (…)

Fable pour la ville de Narbonne

René Depestre

Fable pour la ville de Narbonne
La guitare de Trénet ouvre un temps musicien
à mon arrivée au carrefour narbonnais.
En relais au lumineux Canal du Midi,
pour la traversée de la ville de Narbonne,
je m’appelle La Robine (un nom de rivière).
Dans les dossiers de mon histoire urbaine
je suis la voie domitienne, avant de hisser
sur mon parcours des voiles grecques et romaines.
Le four et le moulin de la cité audoise,
entre silence et chanson, métissent en moi
les plus folles germinations (…)

Paris 13e arrondissement

Laure Cambau

AU FOND DE LA BIÈVRE IL Y A LE JOUR
Des poissons dans l’âme l’homme-aquarium crache ses grenouilles fraîches sur le pavé chaud roulottes rivière fantôme folles d’enfer poignards volants le cri de l’apache et le chant du gitan des rêves passent au-dessus du bocal numéro 13 berceau des amours illicites il n’y a pas de morts dans le Triangle d’Or il y a trop d’eau entre nous alors buvons goûtons au jus d’ange doré car au fond de la Bièvre il y a le Jour
Références pour le poème :
L’homme-aquarium : à (…)

Paris 6e arrondissement

Pierre Bourgeade

Sixième Arrondissement
Ici printemps des Poètes !
X ‘ est quoi La Poésie, man ?
Innée l’âme de la fête !
Ecrivains et éditeurs
Mêlés à ces vieilles pierres
Entraînent l’esprit le cœur
A quelle folies amères
Répétées parfois crûment
Rebelles jusqu’en leurs failles
On peut le dire d’Huymans
Non moins que de G. Bataille
De Lacan sur ces sommets
Insurrectionnellement
Surréalisme au complet
Sartre Beauvoir les amants
Et Sade rue de Condé
Man Ray près de Saint-Sulpice
Enamouré de Paris
Nuit et jour (…)

Rosny-sous-Bois par Jean-Pierre Lemesle

Ma ville par le chas d’une aiguille
J’ai glissé ma ville
par le chas d’une aiguille,
puis follement…….
je me suis mis à broder.
Sur ce parcours textile urbain, mais arboré,
j’ai rencontré le kiosquier qui m’a dit :
« en 5 colonnes :
les nouvelles rosnéennes
sont plutôt bonnes ».
Plus loin, une locomotive, un peu prétentieuse,
mais muée par des gens intelligents,
m’a proposé un tour sur son passé,
avant de prendre de la vitesse…
Par sa fenêtre il n’y avait plus de bois
sauf dans les fraises de (…)

Le sonnet de Tourcoing

Lucien Suel

Le sonnet de Tourcoing
C’est bien, c’est mal, recensement, chacun son tour.
La carbonade, bière ou Bourgogne, regard en coin !
Croix d’encre rouge ! La punition ! Au coin, au coin !
Belle en blue-jeans, contre le mur, contre la tour.
Fines gambettes, string & piercing, jolis atours
La Blanche porte. Flocons d’avoine, gelée de coings
Sur le brun pain, francs ou euros, bistrot du coin.
Epidémie ! Sème la mort aux alentours !
Virolois, vieux rouleau, au jardin, un recoin !
Marie Groette, (…)

9 lettres (et quelques autres) pour écrire Vitrolles

Dominique Sorrente

9 lettres (et quelques autres) pour écrire Vitrolles
1 Vivre Inconnu sur le Trottoir, toujours d’en face, Rêver les Ors d’un Livre Lumineux ; L’ Espérance redevenue Sauvage.
2 Véhémences d’ Industries, Techniciennes Répudiations, votre Ocre Loge pourtant une Lueur Etrange de Saltimbanques.
3 Ils ont la Verve Irraisonnée de la Tchatche, ils Racontent l’Orient du Large, sur leurs Langues s’activent les Epices en Sueur…
4 Visages Inimitables Traçant à même le Rocher Ouvert (…)

Vouvray par Jean-Marie Laclavetine

Vouvray l’été
Sage lumière
Poussière du temps
Lente avalanche de tuffeau vers le fleuve pétillant de jaune
Vouvray l’automne
Musique rousse
Feux de sorcières sous les fûts
Où notre futur chante et ronronne
L’or du chenin entre en fusion
Vouvray l’hiver
Ardoise et pluie
Mais sous les maisons sages, des cathédrales sont enfouies
Où le vin se transforme en joie
Mais que le printemps vienne
Que le soleil s’amuse sur la statue du marchand de vent Gaudissart
Que la Loire gonflée de promesses (…)

Aller à Tours, c’est aller à Thouars

Alain Borer

Pour Richard Fox
En long tgv gris passant sous les vignobles
Ami venu de loin qui voulais "boire" Tours
Blanche par son tuffeau et noire aux toits d’ardoise
L’élégante alanguie aux confins de la Loire
Entendre langue claire et goûter vins de gloire
Tu descends dans la ouate à saint Pierre des Corps
Boudin blanc boudin noir pas un rillon de soleil
Matin sombre lavis : ouate to do ! Where is Tours ?
Capitale de la Touraine (de too rain)
Où la craie du tuffeau et les toits de grisaille
Se (…)

Poème
de l’instant

La faim de leur monde

L’ironie de la vie fait qu’à l’instant même
Où mon encre pose les premiers mots de ce poème
J’aurais tant aimé qu’elle puisse l’écouter
Il y a une heure, petite maman, le ciel vient de te rappeler.

Akhenaton, La faim de leur monde, Éditions de l’Iconoclaste, 2021.