Poèmes

L’huître qui voulait voyager

Philippe Delaveau

Une huître de Cancale assise en son bouchot Sous un soleil rare et peu chaud Se lassait d’entendre la mer Dans le grand air Aller et revenir courir et redescendre L’obligeant à fermer son toit couleur de cendre Enfin la mer commettait des détours Trônait en de somptueux atours Comme en ose une souveraine Quelle ingrate marraine Qui me nourrit en m’oubliant toujours L’été l’hiver la nuit le jour J’aimerais tant bouger Murmurait l’obligée Cette affaire qui dure à la longue me pèse À y perdre mon aise (…)

Que sais-tu ?

Parviz Khazraï

Que sais-tu du parfum des brises et des typhons ? Que sais-tu de l’âme verdoyante des poissons ? Un cheval s’est allongé sous une pluie sans fin, que sais-tu de ceux-là et de leur communion ? Que sais-tu de l’éclat du doux pas des étoiles, de l’écho du silence dans l’esprit des lions ? L’arbre avec le vent chante mille mélodies, que sais-tu du dialogue de l’air et de la raison ? Au jardin de l’aurore, sur les pétales de roses, que sais-tu des rosées et de leur éclosion, Que sais-tu des lucioles, de leur (…)

Mensuel du passage

Georges Cathalo

entre deux portes l’éclair d’un regard et le passage
sillage des mots
où le jour se cache
dans une image
oiseaux de passage
frôlent les nuages
éclairent nos nuits
vacarme lointain
d’étoile en étoile
renaître au matin
trop loin trop près
temps de dire et de se taire
simple passage
des goélands planent
la falaise vibre
écrase les vagues
à chaque seconde
passage furtif
l’ombre d’un présage
à même la nuit
les miroirs en feu
aveugles et muets
en fondant au large
l’horizon se dénoue
ouvre (…)

Sonnet d’amour

Claude Albarède

L’amour-matière est une option pour vide
Ou pour fumée, l’abîme est son terrain ;
L’encre l’éprend de sa nature avide,
Sur le papier où se courbent ses reins.
L’amour-esprit, les émois s’en déplissent,
Qu’il soit d’hommage ou de cœur démotté.
Le verbe accroît ses maraudes complices,
Le long de vers inverses de beauté.
L’amour-silence ensemble nous façonne.
Nos corps fouillant l’un vers l’autre jetés
Créent le désir où l’autre à l’un se donne.
L’amour-silence est notre éternité,
Tel ce géant, près du (…)

Poème
de l’instant

Emmanuel Laugier

Feuilles bruissantes

« Feuilles bruissantes »

Quand se dessine,
dans le ciel blême,
le tremblement des peupliers,
je suis
dans la respiration des feuilles bruissantes,
fraîcheur
et frisson de lumière.

Novella Cantarutti, 1920-2009, Ultima stella, Éditions fario, 2021.