Pour voix et flûte

de Pierre Dhainaut

Pour voix et flûte

Encres de Caroline François-Rubino

Trois poèmes traversés par le temps, celui de notre vie humaine, l’acceptation de sa finitude, l’importance de la nature et de la nécessité de se trouver en accord avec elle, le langage, la transmission…
Ces poèmes comme des testaments dont l’ultime message est d’embrasser le monde, s’accorder à chacune de ses pulsations pour non pas simplement être, mais vivre pleinement.

« l’espace n’aperçoit aucun obstacle
au tréfonds de la gorge ou dans le ciel
quand le regard apprend à se perdre,

à se retrouver de nuage en nuage
comme de voix en voix pour que l’entrée
se prolonge, se prolonge… »

Paru le 27 janvier 2020

Éditeur : Aencrages&Co

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Jacques Ancet

La dernière phrase

Il n’y a ni drame ni déchirure.
On dirait dans le jour un infime
vertige. Rien ne change mais tout
vacille. ce qu’on voit, on le voit
comme s’il venait de s’absenter
et que chaque objet portait encore
une trace de ce qui s’éloigne.
Un peu de chaleur avant le froid.
Une attente qui n’attend plus rien.

Jacques Ancet, La dernière phrase, Frontispice de Paul Hickin, Éditions Lettres vives, 2004.