Poussières l’errance de Thierry Lamarre

Poussières l'errance de Thierry Lamarre

"Les gares me fascinent.
À l’escalade des voies ferrées qui ne mènent nulle part ou trop loin. Ces soirées où je restais seul en bout de quai, à l’hypnotique du froid, guettant dans les ciels d’hiver décharnés que transperçait le fracas des trains, l’étoile-rail qui déchirerait le masque diaphane de mon immobilité.
Je détruisais les mythes du voyage : nouveaux horizons, rencontres, ivresses, aventures. Rimbaud m’emmerdait avec ses servantes aux seins plantureux et gorgées d’hospitalité. J’instaurais dans mes voyages des rites de chaque instant."

Né le 3 juillet 1949, à Paris, Thierry Lamarre rencontre, en octobre 1969, Michel Bulteau, puis dans son sillage Matthieu Messagier et tous ceux qui deviendront les électriques. Il est co-signataire du Manifeste électrique aux paupières de jupe. Il publie en 1970, 149/OFF, préfacé par Michel Bulteau et postfacé par Zéno Bianu. De 1971 à 1973, il écrit de nombreux textes, dont Times around et Kerouac-Mantra, paru chez Electric Press. Il rencontre en 1973 Dominique de Roux, et de ce premier entretien naîtra une amitié qui s’éteindra en 1977. Il participe à divers projets littéraires, musicaux, picturaux et en particulier aux Dossiers H consacrés à Dominique de Roux, publié en 1997.

Paru le 1er juin 2007

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Olivier Barbarant

Essais de voix malgré le vent

Voilà dix ans que je tente passer la rampe sans trop forcer les choses ni les mots gaspillés
Tant que faire se peut à éviter les coups de glotte ou le leurre d’en rajouter
Dix ans à prendre les pages pour cet étrange mégaphone où le murmure porte au loin sans briser si possible sa première douceur
À croire qu’avec le livre ouvert c’est le frisson qui se propage et qui peut-être se survit

Dix ans à vous prêter entre mon corps et l’ombre ce bruit de branche agitée qu’un jour vous aussi avez entendu
Sans toujours songer à le dire si bien que je le fais pour vous
Rêvant des phrases et formes de remords comme une mûre dans les ronces
Rompant lentement le silence jusqu’à nos lèvres écorchées
Pour faire place au peu de jours de vous à moi qui nous rassemble.

Essais de voix malgré le vent, Éditions Champ Vallon, 2004.