Presses universitaires de Louvain

Les Presses universitaires de Louvain proposent plus de 950 titres dans toutes les disciplines et publient au rythme d’une cinquantaine de titres par an. Tous les ouvrages des PUL sont disponibles au téléchargement en ligne au format PDF, certains ont de plus une version ebook.

Le catalogue rassemble des monographies, actes de colloques, thèses, rapports de recherche, bases de données, supports pédagogiques et autres documents scientifiques émanant d’enseignants et de chercheurs de l’UCL ainsi que de leurs partenaires académiques et scientifiques internationaux. La collection « Cours universitaires » se développe, pour mettre en valeur des cours sous la forme d’ouvrages de référence, dans le monde universitaire. Les ouvrages des PUL peuvent être obtenus dans le monde entier, sur commande en librairie ou via ce site.

Nos revues sont disponibles en version imprimée et en open access via la plateforme OJS de l’UCLouvain.

Les PUL publient en français mais aussi en anglais et occasionnellement en espagnol, en néerlandais, en italien, en allemand, etc. Elles offrent des collections dans des domaines aussi divers que l’histoire du droit et de la justice, la didactique des sciences, les télécommunications, l’archéologie, la médecine générale ou l’ingénierie du langage.

Contact

Grand-Rue, 2/14

1348

Louvain-la-Neuve - Belgique

Une chanson bonne à mâcher

21 juin 2019

Une chanson bonne à mâcher

Édition établie par Daniel Laroche. Préface de Pierre Piret.
D’origine belge, Norge est l’un des poètes français les plus originaux du 20e siècle. Et pourtant, aucun essai de grande ampleur ne lui avait été consacré. Daniel Laroche offre aujourd’hui une biographie précise de Norge, une étude approfondie de sa poésie, une bibliographie détaillée. Bref, un solide ouvrage de référence sur cet auteur hors-norme.
D’origine belge, Norge est l’un des poètes français les plus originaux du 20e siècle. De 1923 à (…)

Poème
de l’instant

Stéphane Crémer

La Terre

Au sortir d’un rêve à Brasilia j’ai empoigné
la terre, déjà si âcre à mes mains
que leurs paumes m’ont paru des papilles
d’où montait un goût avec son parfum.

Quelqu’un est mort bien loin ce matin
et j’ai pensé, en me baissant jusque là
pour l’emporter à mon tour, que je saurais
l’y ensevelir à ma manière en secret.

Ainsi – car n’allons pas priver la poésie
de sa logique : ni car ni ainsi ne sont proscrits
du poème, ni aucuns mots, pourvu qu’ils s’unissent
en pensée par-delà les marges noires du faire-part ! – ,

ainsi je garde près de moi, dans des flacons
comme une épice sur l’étagère de ma cuisine,
ce pigment rouge du Brésil dont je sais qu’un jour,
empesé à l’amidon de mon choix, un beau jour

nous partagerons la délicieuse peinture mitonnée
qui montrera, aussi bien qu’une Joconde enfin
pour de bon éclipsée de son cadre, ce qu’il reste
de cette disparition : un paysage, et son horizon !

Stéphane Crémer, compost, Éditions isabelle sauvage, 2013.