Prévision

Dominique Sorrente

PRÉVISION

Un jour, quand je serai
poussière,
il ne faudra pas
me crier après
si je glisse un peu
sous votre paupière.

Je m’envolerai
du mieux que je peux,
demandant au vent de me disperser.

Mes mots sont en vrac dans un des tiroirs,
piochez-les gaiement
à pleines poignées,

puis emmenez-les
le long du trottoir
pour la délicieuse balade du soir.

Et laissez-les faire
s’ils se roulent par terre
en flots de poussière.
C’est bien leur manière…

Pourvu qu’ils se fassent de nouveaux amis,
je serai fier d’eux, mes charmants
mots de compagnie.

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.