Prix François Coppée


Prix annuel constitué, en 1994, par regroupement des Fondations François Coppée, Balleroy, Jean Bouscatel, Auguste Capdeveille et Paul Labbé- Vauquelin.

Destiné à l’auteur d’un recueil de poésie.

Site du Prix François Coppée

Lauréats :
  • 2018 M. Jacques GOORMA, À. Hommages, adresses, dédicaces - médaille d’argent
  • 2017 M. Max ALHAU, Si loin qu’on aille - médaille d’argent
  • 2016 M. Guy ALLIX, Le Sang le soir - médaille d’argent
  • 2015 M. Yves PRIÉ, Les Veilles du scribe - médaille d’argent
  • 2014 Mme Sophie LOIZEAU, Caudal - médaille d’argent
  • 2013 M. Gérard BOCHOLIER, Psaumes de l’espérance - médaille d’argent
  • 2012 M. Amin KHAN, Arabian blues - médaille d’argent
  • 2011 M. Jean-François LOPEZ, S’appuyer sur le vent. Poésies marines - médaille d’argent
  • 2010 M. Jean-Marie BERTHIER, Attente très belle de mon attente - médaille d’argent
  • 2009 M. Karel LOGIST, Tout emporter. Poèmes 1988-2008 - médaille d’argent
  • 2008 M. Jean-Yves MASSON, Neuvains du sommeil et de la sagesse - médaille d’argent
  • 2007 M. Michel BULTEAU, Hoola Hoops - médaille de vermeil
  • 2006 M. Yvan BERREBI, Éloge de l’antichambre - médaille de vermeil
  • 2004 M. Jean-Claude PIROTTE, La boîte à musique - médaille d’argent
  • 2002 M. Lionel RICHARD, Marchandise non dédouanée - médaille d’argent
  • 2001 M. Athanase VANTCHEV de THRACY, D’Antiques Voix suaves et Soudain un séraphique frisson - médaille d’argent
  • 2000 Mme Esther TELLERMANN, Guerre extrême - médaille d’argent
  • 1999 Mme Catherine BANKHEAD, L’Infini Passage du jour - médaille d’argent
  • 1998 Mme Michelle LAFOREST, Familière mémoire - médaille d’argent
  • 1997 Mme Brigitte LEVEL, Le Temps des guitares - médaille d’argent
  • 1996 abbé Jean VUAILLAT, Ciels d’arrière-saison - médaille de bronze
  • 1995 M. Jean-Louis VALLAS, Ensemble de son œuvre - médaille d’argent
  • 1989 M. Pierre FONTAN, Espaces - médaille d’argent
  • 1988 M. Jean-Valentin DOBIGNIES, Rue de la porte rouge - médaille d’argent
  • 1988 Mme Roseann RUNTE, Faux soleils - médaille de bronze
  • 1983 M. Jacques REDA, Hors les murs… de Paris - 5 000 F
  • 1983 M. Pierre VAYSSE, Amour et Fantaisie - médaille
  • 1981 Mme Ophélia de ROUGE, Vigile - médaille
  • 1979 M. Louis DELORME, Mes limbes - 1 500 F
  • 1975 M. André CHARMEL, Pulsations - 1 000 F
  • 1975 Mme Jacqueline de NONVILLE, Éphéméride - 1 000 F
  • 1973 Mme Éveline FLORET, Ta part de vivre - 500 F
  • 1973 Mme Yvonne LECONTE-BANCILLON, Errances - 250 F
  • 1973 M. Trajan SAINT-INES, Un poète à Paris - 250 F
  • 1971 M. Jean DURTAL, Chants pour Athanaël - 250 F
  • 1969 M. Georges LABRO, Rêveries - 250 F
  • 1967 Mme Katia GRANOFF, La Colonne et la Rose- médaille
  • 1967 M. Vital HEURTEBIZE, La Cité de Verre - 500 F
  • 1965 M. Denis ROCHE, Les idées centésimales de Miss Elanize - 250 F
  • 1963 Mme Christiane BURUCOA, Artizarra - 300 F
  • 1961 M. Claude QUILLATEAU, L’amour majeur - 200 F
  • 1959 M. Fernand LÉONARD, Comme le chant de l’eau - 5 000 F
  • 1957 Mme Édith GEORGE, Seine et Mistral - 6 000 F
  • 1955 M. Kouriba NABHANI, Complaintes de l’Arabe - 1 500 F
  • 1953 Mlle Colette BENOITE, De la rose à l’épine - 1 500 F
  • 1951 M. Georges VERDENNE, Alternances - 1 000 F
  • 1949 Mlle Françoise DES VARENNES, Les pages tournées - 1 000 F
  • 1947 M. Paul LORENZ, Le tombeau de Valéry - 750 F
  • 1943 Luc de CARBON, L’Obole au passeur - 750 F
  • 1941 M. René de VAUVILLIERS, Clartés et Reflets - 1 000 F
  • 1939 M. Jacques FOURCADE, Distances - 900 F
  • 1937 M. Pierre AURADON, Épîtres aux poètes - 1 000 F
  • 1933 M. Lucien BOYER, Paysages de France - 500 F
  • 1933 Mlle Éliane GREUZE, Les humbles destins - 500 F
  • 1931 M. Paul BASSET, Bouquets de Savoie - 500 F
  • 1931 M. Marcel CARUEL, Chansons dans la brume - 500 F
  • 1929 Mlle Alice HÉLIODORE, Sagesse de France - 1 000 F
  • 1927 M. Tristan DERÈME, Ensemble de son œuvre poétique - 1 000 F
  • 1925 M. Claude CORDÈS, Les feux sur le Liban - 1 000 F
  • 1923 M. Ed. MARTIN-VIDEAU, De la vie au rêve - 1 000 F
  • 1921 Mlle Amélie MURAT, Bucoliques d’été - 1 000 F
  • 1919 M. Léon KOCHNITZKY, Les pèlerins de l’aurore - 1 000 F
  • 1917 abbé Louis VIGNÉ, Chants d’espérance - 1 000 F
  • 1915 M. Allard MÉEÜS - 1 000 F
  • 1913 M. Achille PAYSANT, Vers Dieu - 1 000 F
  • 1911 M. Henri BOUVELET, Le royaume de la terre - 500 F
  • 1911 M. Adrien de CARNÉ, Les conquérants divins - 500 F
  • 1909 M. Gustave ZIDLER, La terre divine - 1 000 F
  • 1907 M. Alfred DROIN, La jonque victorieuse - 1 000 F

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.