Prix Goncourt de la Poésie Robert Sabatier

Institué en 1985 grâce au legs d’Adrien Bertrand (prix Goncourt 1914), ce prix est décerné à un poète pour l’ensemble de son œuvre et non pour un recueil en particulier comme c’est le cas pour les autres prix de l’Académie. En 2012, il prend le nom de prix Goncourt de la poésie Robert Sabatier en hommage à l’Académicien récemment décédé, écrivain et poète, auteur d’une Histoire de la poésie en 9 volumes qui fait autorité.

Site du Prix Goncourt de la Poésie Robert Sabatier

Lauréats :
  • 2020 : Michel Deguy
  • 2019 : Yvon Le Men
  • 2018 : Anise Koltz
  • 2017 : Franck Venaille
  • 2016 : Jean-Pierre Siméon Le Printemps des poètes
  • 2015 : William Cliff
  • 2013 : Charles Juliet
  • 2012 : Jean-Claude Pirotte
  • 2011 : Vénus Khoury-Ghara
  • 2010 : Guy Goffette
  • 2009 : Abdellatif Laâbi
  • 2008 : Claude Vigée
  • 2007 : Marc Alyn
  • 2006 : Alain Jouffroy
  • 2005 : Charles Dobzynski
  • 2004 : Jacques Chessex
  • 2003 : Philippe Jacottet
  • 2002 : Andrée Chedid
  • 2001 : Claude Esteban
  • 2000 : Liliane Wouters
  • 1999 : Jacques Réda
  • 1998 : Lorand Gaspar
  • 1997 : Maurice Chappaz
  • 1996 : André Velter
  • 1995 : Lionel Ray
  • 1994 : non décernée
  • 1993 : non décernée
  • 1992 : Georges-Emmanuel Clancier
  • 1991 : Jean-Claude Renard
  • 1990 : Charles Le Quintrec
  • 1989 : Alain Bosquet
  • 1988 : Eugène Guillevic
  • 1987 : Yves Bonnefoy
  • 1986 : repoussée à 1987
  • 1985 : Claude Roy

Poème
de l’instant

Je suis la fille du baobab brûlé

Elle a une main dans la main du désir
Nous ramons en haute mer
Les eaux suffoquées cassées
Masses pendues aux os tendres
Où je meurs dialogue des corps
Le voyage est infini sur les routes de lumière
Le vin des amants est un baiser mortel

Au chant de la bien-aimée
Un soupir rend l’éternité
Mêlant l’anatomie des sens
Notre histoire refuse la chronique des héros
Le sexe humide du poème
Nourrit l’espérance du monde
Nous arriverons ensemble
Nous cheminerons ensemble
Nous partirons ensemble
Au contrepoint de la terre

Ce qui n’est à personne est à moi
J’embrasse le crépuscule d’eau
Je suis debout au flanc des nuages
Je respire l’air frais du soir
Tant qu’il y aura une étoile
Je brillerai avec ma chanson
Et je chanterai à voix de tête

Rodney Saint-Éloi, Je suis la fille du baobab brûlé, « Elle a une main dans la main du désir », Mémoire d’encrier, 2015.