Prix Poésie Max Jacob

Fondé et doté en 1950 par Mme Florence Frank Jay Gould, le prix de poésie Max Jacob est attribué chaque année dans le courant du premier trimestre. Il récompense une œuvre poétique d’un écrivain français ou étranger. Totalement indépendant de l’association Les Amis Max Jacob, Le Comité se réunit dans le courant du premier trimestre au CNL et délibère souverainement. L’association rend compte des ouvrages primés dans Les Cahiers Max Jacob.
Depuis 2004, grâce au mécène Ghassan J. El Khoury, le jury initie un prix « étranger » donnant ainsi une audience internationale à cette récompense.
Site du Prix Max Jacob

Lauréats :
  • 1951 : Louis Guillaume, Noir comme la mer, Éditions Les lettres
  • 1952 : Armen Lubin, Sainte Patience, Éditions Gallimard
  • 1953 : Marcel Sauvage, Œuvre d’Or, Éditions Gallimard
  • 1954 : Jean Grosjean, Fils de l’Homme, Éditions Gallimard
  • 1955 : Mademoiselle, Marie Josèphe, Éditions Les yeux cernés, Debresse
  • 1956 : Edmond Humeau, pour l’ensemble de son œuvre
  • 1957 : Marc ALYN, Le Temps des autres, éditions Seghers
  • 1958 : Charles le Quintrec, Les noces de la terre, Éditions Grasset
    Pierre Oster, Solitude de la lumière, Éditions Gallimard
  • 1959 : Gabriel Dheur, Monde transparent, Éditions Seghers
    Henry Bauchau, Géologie, Éditions Gallimard
  • 1960 : Alain Bosquet, Deuxième testament, Éditions Gallimard
  • 1961 : Lena Leclercq, Poèmes insoumis, Éditions Barbezat
  • 1962 : Michel Deguy, Poèmes de la presqu’île, Éditions Gallimard
  • 1963 : Georges Perros, Poèmes Bleus, Éditions Gallimard
  • 1964 : Luc Bérimont, Les accrus, Éditions Seghers
    Philippe Salabreuil, La liberté des feuilles, Éditions Gallimard
  • 1965 : Roger Giroux, L’arbre, le temps, Éditions Mercure de France
  • 1966 : Gaston Puel, Le cinquième château, Éditions La fenêtre ardente
  • 1967 : Edith Boissonas, L’embellie, Éditions Gallimard
  • 1968 : Paul Chaulot, La porte la plus sûre, Éditions Seghers
  • 1969 : Jacques Réda, Amen, Éditions Gallimard
  • 1970 : Daniel Boulanger, Retouches, Éditions Gallimard
  • 1972 : Henry Meschonnic, Dédicaces, proverbes, Éditions Gallimard
  • 1973 : Hubert Juin, Le cinquième poème, Éditions Français Réunis
  • 1974 : Jean-Claude Renard, Le dieu de la nuit, Éditions du Seuil
  • 1975 : Jean Guichard-Meilli, Récits abrégés , Éditions Galanis
  • 1976 : Jean Orizet, En soi le chaos, Éditions St Germain des Prés
  • 1977 : Claude de Burine, Le Passeur, Éditions St Germain des Prés
  • 1978 : Bernard Hreglisch, Droit d’absence, Éditions Belfond
  • 1979 : Marie-Claire Bancquart, Mémoire d’abolie, Éditions Belfond
  • 1980 : Patrick Remaux, Repérage du vif, Éditions Gallimard
  • 1981 : Salah Stétié, Inversion de l’arbre et du silence, Éditions Gallimard
  • 1982 : Jean Michel Franck, Le Christ est du matin, Éditions Gallimard
  • 1983 : Patrice Delbourg, Génériques, Éditions Belfond
    Dominique, Grandmont Ici-bas, Éditions Messidor
  • 1985 : Jude Stéphan, Laures, Éditions Gallimard
  • 1986 : Jean-Pierre Lemaire, Visitations, Éditions Gallimard
  • 1987 : Jean-Michel Maulpoix, Ne cherchez plus mon cœur, P.O.L.
  • 1988 : Paul de Roux, Le front contre la vitre, Éditions Gallimard
  • 1989 : Richard Rognet, Je suis cet homme, Éditions Belfond
  • 1990 : Pierre Toreilles, Parages du séjour, Éditions Grasset
  • 1991 : François Jacmin, Le livre de la neige, Éditions la Différence
  • 1992 : Charles Dobzynsky, La vie est un orchestre, Éditions Belfond
  • 1993 : Mathieu Bénezet, Ode à la poésie, William Blake & Co. Edit
  • 1994 : Emmanuel Moses, Les bâtiments de la compagnie asiatique, Éditions Obsidiane
  • 1995 : Yves Mabin Chennevière, Méditation métèque, Éditions La Différence
  • 1996 : Alexandre Voisard, Le repentir du peintre, Éditions Empreintes
  • 1997 : Xavier Bordes, Comme un bruit de source, Éditions Gallimard
  • 1998 : Pierre-Jean Rémy, Retour d’Hélène, Éditions Gallimard
  • 2000 : Philippe Delaveau, Petits gloires ordinaires, Éditions Gallimard
  • 2001 : Gérard Cartier, Méridien de Greenwich, Éditions Obsidiane
  • 2002 : Abdelwahab Meddeb, La Matière des oiseaux, Éditions Fata Morgana
  • 2003 : Monchoachi, L’Espère-geste, Éditions Obsidiane
    Jaan Kaplinski, Le désir de la poussière, Éditions Riveneuve
  • 2004 : Jean Pérol, À part et passager, Éditions La Différence
    Abdelamir Chawki, L’Obélisque d’Anail, Mercure de France
  • 2005 : Bernard Noël, Les yeux dans la couleur, P.O.L.
    Marilyn Hacker, La rue palimpseste, Éditions La Différence
    Mohammad-Ali Sepânlou, Le temps versatile, Éditions de l’Inventaire
  • 2006 : Pierre Siméon, Lettres la femme aimée au sujet de la mort, Cheyne éditeurs
    Özdemir Ince, Mani est vivant !, Éditions Al Manar
  • 2007 : Danièle Corre, Énigme du sol et du corps, Éditions Aspects
    Marie Huot, Chants de l’Éolienne, Éditions Le Temps qu’il fait
    Vasco Graça Moura, Une lettre en hiver et autres poèmes (-*1963—*2005), Éditions de la Différence
  • 2008 : Adonis, Al Kitâb, Éditions du Seuil
    Jean-Yves Masson, Neuvains du sommeil et de la sagesse, éditions Cheyne
  • 2009 : Jacques Jouet, MRM, Éditions P. O. L.
    Issa Makhlouf, Lettre aux deux sœurs, Éditions José Corti
  • 2010 : Bernard Mazo, La cendre des Jours, Éditions Voix d’Encre
    Breyten Breytenbach, Outre Voix - Voice Over, Éditions Actes Sud
  • 2011 : Nimrod, Babel Babylone, Éditions Obsidiane
    Wadih Saadeh, Le texte de l’absence et autres poèmes, traduction d’Antoine Jockey, Éditions Sinbad
  • 2012 : Gérard Noiret, Autoportraits au soleil levant, Éditions Obsidiane
    Volker Braun, Le massacre des illusions, Éditions L’oreille du loup, traduction Jean-Paul Barbe
  • 2013 : James Sacré, Le paysage est sans légende, dessins de Guy Calamusa, Al Manar - éditions Alain Gorius
    Thanassis Hatzopoulos, Cellule, traduit du grec par Alexandre Zotos en coll. avec Louis Martinez - Éditions bilingue, Cheyne éditeur, préface de Jean-Yves Masson
  • 2014 : Éric Sarner, Cœur Chronique, Éditions du Castor Astral
    Mohammed Bennis, Lieu Païen, traduit de l’arabe par Bernard Noël en collaboration avec l’auteur, Éditions L’Amourier
  • 2015 : Paol Keineg, Mauvaises langues, Éditions Obsidiane
    Ritta Baddoura, Parler étrangement, Éditions L’Arbre à paroles
  • 2016 : Esther Tellermann, Sous votre nom, Éditions Flammarion
    Titos Patrikios, Sur la barricade du temps, Éditions Le Temps des cerises, préface : Olivier Delorme, traduction : Marie-Laure Coulmin Koutsaftis.
  • 2017 : Guy Goffette, Petits riens pour jours absolus, Éditions Gallimard
    Ida Vitale, Ni plus ni moins, Éditions du Seuil, traduit de l’espagnol (Uruguay) par Silvia Baron Supervielle et François Maspero.
  • 2017 : Mention spéciale à Ivan Alechine, pour Enterrement du Mexique, Éditions Galilée.
  • 2018 : Béatrice de Jurquet, Si quelqu’un écoute, Éditions La Rumeur libre.
    Michèle Finck, Connaissance par les larmes, Éditions Arfuyen.
    Salim Barakat, Syrie et autres poèmes, traduit de l’arabe (Syrie) par Antoine Jockey, Éditions Actes Sud/Sindbad.
  • 2019 : Étienne Faure, Tête en bas Éditions Gallimard.
    Prix Mac Jacob étranger à Lasse Söderberg pour Pierres de Jérusalem, traduit du suédois par Jean-Clarence Lambert aux Éditions Caractères.
    Mention spéciale pour Découverte de Gabriel Zimmermann, Éditions Tarabuste.

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.