Prix de la jeunesse

Une odeur de pique-nique de Luc Serrano


À la tombée de la nuit, un homme d’une quarantaine d’années entre dans une vieille boutique. Il croise le regard d’une femme souriante portant un sac en papier. L’échoppe est remplie de tiroirs d’apothicaire et autres vitrines anciennes peuplées d’un tas d’objets disparates. Le propriétaire, un homme aux cheveux blancs portant lunettes et blouse, va t-il pouvoir accéder à la demande étrange de ce client ? Apparemment, il connaît son affaire.

Fiction.
Durée : 8’06 min.

Le prix, attribué par des étudiants et présidé par Gabriel Belanger-Oyarzun, lauréat 2013 du Prix Laurent Terzieff du court métrage de poésie, est doté de 1500 €.

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.