Progrès des signes sur l’esquisse d’Andrée Barret

Progrès des signes sur l'esquisse d'Andrée Barret

Féminin pluriel, 1966

Extrait

Je désavoue la porte que je vis s’ouvrir
entre la glace et la douceur
durant quel long sommeil
par quelle vitre
embrumée d’infini
Nulle clé d’or ne fut trouvée disent-ils
– et l’automne
l’automne
qui va couvrir les villes

Paru le 16 mars 2004

Éditeur : L’Act Mem

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.