Qui croit lutte

de Dilma Rousseff

Qui croit lutte

Le 29 août 2016, la présidente Dilma Rousseff prononce un discours historique devant le Sénat brésilien. Alors qu’elle est l’objet d’une procédure de destitution pour des opérations comptables liées à la gestion du déficit de l’État brésilien, son ultime plaidoirie ne parvient pas à convaincre la chambre haute de son innocence. Son éviction met fin à un règne de treize ans du Parti des Travailleurs à la tête de l’exécutif fédéral, et constitue une étape essentielle dans la profonde crise qui touche le Brésil depuis 2013.

Dilma Rousseff, qui avait succédé à Lula dans un climat d’euphorie économique et sociale, a vu la situation du pays se dégrader et les scandales de corruption toucher jusqu’à son propre camp. Au lendemain de sa réélection surprise, l’opposition conservatrice se lance à corps perdu dans des procédures juridiques visant à la renverser, pendant que s’amorce l’essor irrésistible de l’extrême droite fondé sur le rejet de la classe politique.

Ce discours est un témoignage solennel laissé à l’histoire. Il affirme, au delà de ses erreurs et des compromissions de son parti, que la présidente a été victime d’un coup d’État dont la forme juridique est adaptée au discrédit qui frappe la violence politique explicite. En rappelant son parcours personnel et les principes de la Constitution, Dilma Rousseff incarne la résistance au nom de l’État de Droit et de la souveraineté populaire. En s’élevant à la hauteur de son mandat et de la postérité, elle encourage à surmonter l’injustice et à préparer les prochaines luttes.

Quatre ans après son éviction du pouvoir, Dilma Rousseff revient dans un texte écrit spécialement pour cette édition sur les conséquences du coup d’État, jusqu’à l’avènement de Jair Bolsonaro qui précipite « ce Brésil inégalitaire et injuste » vers un désastre encore aggravé par la pandémie de Covid 19. Qui croit lutte expose implacablement les mécanismes qui entrainent la fracturation et l’appauvrissement d’une société, quand l’État de droit devient un instrument dévoyé par une classe politique corrompue.

Paru le 6 novembre 2020

Éditeur : Unes

Genre de la parution : Essai

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Journal 1887-1910

Chaque fois que le mot « Jules » n’est pas suivi du mot « Renard », j’ai du chagrin.

29 mai 1903

Jules Renard, Journal 1887-1910, Actes Sud, 1995.