Rebâtir les jours

Auteur : Salah Al Hamdani

Rebâtir les jours

« Discrétion de l’averse », « Mots sans racines », « Mirage », « Saison de sel » : les poèmes de ce recueil nous rappellent que Salah Al Hamdani vient d’une région de sable et de vent. Un royaume dévasté par la dictature, les guerres et le terrorisme. Un pays à reconstruire. Avec des mots simples et un lyrisme à la puissance contenue, le poète n’évoque pas seulement l’exil qui est le sien, sa mère restée dans la guerre ou les victimes d’une déchirure qui semble ne jamais vouloir prendre fin. Il s’attache aussi à la renaissance que lui offre sa terre d’asile, se fait passeur de culture entre les rives de la Méditerranée. J’éprouve de la fierté à publier ce poète d’origine irakienne qui adopte notre langue pour célébrer l’héritage d’Albert Camus et dire sans détour : « Si Bagdad m’a fait naître / la France m’a fait homme ».

EXTRAIT

« Rebâtir les jours à genoux
lorsque l’horizon se noie dans la crue du ciel
et que la forêt n’est plus qu’une flaque brûlée
Je serai de cette génération qui marche à l’envers
portant son arche sur sa tête »

Paru le 1er septembre 2013

Éditeur : Editions Bruno Doucey

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Alejandro Jodorowsky

C’est comme ouvrir un menhir avec les mains

Cessez de chercher, vous êtes la porte
et les gardiens qui en interdisent l’accès.
Chaque pas vous éloigne du nombril
chimères assoiffées d’aventure.
Vous croyez que le mariage vous libère de la mort
ou que l’argent vous marque dans la hiérarchie divine.
Cessez de chercher, la conscience est le philtre magique,
L’œil capable de rejoindre les orbites vides de Dieu
traversant la mort. Personne ne se rencontre soi-même
en parcourant les mers ou en explorant les cavernes.
C’est difficile, comme ouvrir un menhir avec les mains
car notre âme est plus dure que la pierre.

Alejandro Jodorowsky, Traduit de l’espagnol (Chili) par Martin Bakero et Emmanuel Lequeux
dire ne suffit pas, no basta decir, Le Veilleur Éditions, 2003.