Regards fauves

Tania Tchénio

Regards fauves

Illustrations Anne Leloup.

Elle sent les mots coller à elle comme du goudron.

Elle a appris à voir sans regarder, à rester impassible.

Pas de larmes. Elle sait reconnaître l’attitude de celui

qui s’approche et qui va mordre. Les yeux qui brillent

un peu. L’air détaché et content de soi.

Quelque chose en elle est devenu poisseux.

Elle suit les pointillés pour disparaître.

Paru le 25 février 2019

Éditeur : Cheyne

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.