Regio de Tadeusz Rozewicz

Regio de Tadeusz Rozewicz

Prix européen de littérature 2008

Traduit du polonais et présenté par Claude-Henry du Bord et Christophe Jezewski.

Edition bilingue polonais/français

Le présent ouvrage donne l’intégralité d’un des grands recueils de la maturité de Rozewicz, Regio (1969), ainsi qu’un choix de poèmes extraits d’une dizaine de ses autres recueils.

Dramaturge, nouvelliste, poète, Rozewicz appartient à une génération qui a eu 20 ans dans un pays martyrisé par les nazis et vécu sa maturité sous la dictature communiste. En rupture d’études, ouvrier, il combat dans les rangs de l’armée clandestine, avec son frère Janusz – qui sera exécuté par la Gestapo en 1944. Au lendemain de le guerre, sa conscience de poète est littéralement foudroyée par le poids de l’Histoire : « Comment écrire de la poésie après Auschwitz ? » C’est un homme presque sans voix qui parle, tout au bord de ce silence qui étouffe beaucoup de survivants.

Pour ces temps d’apocalypse, Rozewicz invente une poétique nouvelle : rupture avec le vers classique, abandon de toute métaphore, crudité et rugosité de la langue. Proches de la démarche d’un Paul Celan, ses poèmes sont comme les squelettes de cathédrales calcinées. Véritable révolution dans la poésie polonaise, son œuvre constitue « la négation d’une littérature » qui, souligne Milosz, « semblait n’être rien d’autre qu’un mensonge recouvrant l’horreur de la brutalité de l’homme envers son prochain. » À partir des années 60, sa poésie s’approfondit encore pour dénoncer la désintégration des liens sociaux dans les sociétés occidentales. Sa sensation aiguë du néant trouve dans le théâtre un puissant moyen d’expression. Saluées par Grotowski et Kantor, des pièces comme Le Fichier influencent profondément leur esthétique.

L’auteur

Né en 1921 à Radomsko, Tadeusz Różewicz appartient à la première génération née et éduquée après que la Pologne ait retrouvé son indépendance en 1918. Ses poèmes de jeunesse ont été publiés en 1938.

Durant la Seconde Guerre mondiale, tout comme son frère Janusz (également poète), il fut membre de la résistance polonaise, l’AK. Son frère Janusz, fut executé par la Gestapo en 1944. Tadeusz Różewicz, lui, survécut à la guerre, obtint son baccalauréat après 1945 et fit des études (qu’il ne termina pas) en histoire de l’art à Université jagellonne de Cracovie. De Cracovie, il déménaga à Gliwice en 1947.

Il fit ses débuts de dramaturge en 1960, et fut l’auteur de douze recueils de poèmes qui connurent un fort succès. Depuis 1968 il habite à Wrocław. Il a depuis écrit plus d’une quinzaine de pièces de théâtre. Różewicz est considéré comme l’un des meilleurs poètes d’après-guerre en Pologne, et l’un des plus innovants dramaturges.

Paru le 1er février 2008

Éditeur : Arfuyen

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.