Revue Contre-Allées n°41

Revue Contre-Allées n°41

Le n° 41 de la revue Contre-allées vient de paraître.
L’invité de ce n° 41 est Jacques Darras, qui a confié à la revue des inédits, et répond à un petit entretien.
Suivent des textes de création de Christine Bouchut, Anne Brousseau, Isabelle Sancy & Maud Thiria, puis un entretien croisé avec les poètes Henri Droguet & Christian Garaud.
Le numéro donne ensuite la possibilité de redécouvrir quelques poèmes d’un recueil épuisé de Christian Degoutte, paru en 2007 aux éditions Contre-allées.
Gérald Casteras, des éditions Poïein, inaugure la nouvelle rubrique d’entretien avec un éditeur.
Ce n° 41 s’achève sur une sélection des livres reçus au siège de la revue et une chronique d’Armelle Leclercq consacrée à Sophie Loizeau.
L’illustration de couverture est de Valérie Linder.
Le n° 41 de Contre-allées est disponible contre un chèque de la somme de 5 euros (franco de port) à l’ordre de « Association Contre-allées poétiques », à l’adresse suivante :
Revue & éditions Contre-allées
c/o Amandine Marembert et Romain Fustier
16 rue Mizault
03100 Montluçon
Vous pouvez aussi le commander directement sur la boutique en ligne de la revue & des éditions Contre-allées via Paypal : [https://contreallees.bigcartel.com/product/contre-allees-41].

Paru le 1er mai 2020

Éditeur : Contre-allées

Genre de la parution : Revue

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Petits poèmes en prose

Votre œil se fixe sur un arbre harmonieux courbé par le vent ; dans quelques secondes, ce qui ne serait dans le cerveau d’un poëte qu’une comparaison fort naturelle deviendra dans le vôtre une réalité. Vous prêtez d’abord à l’arbre vos passions, votre désir ou votre mélancolie ; ses gémissements et ses oscillations deviennent les vôtres, et bientôt vous êtes l’arbre. De même, l’oiseau qui plane au fond de l’azur représente d’abord l’immortelle envie de planer au-dessus des choses humaines ; mais déjà vous êtes l’oiseau lui-même.

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, « Le Théâtre de Séraphin », 1868.