Revue Europe

97e année — n° 1087-1088 – novembre/décembre 2019

Revue Europe

JOSEPH ROTH

Né en 1894 à Brody, petite ville de Galicie alors proche de la frontière russe, Joseph Roth vécut la Première Guerre mondiale et la chute de l’Empire austro-hongrois comme une expérience dévastatrice. Il fit ses débuts comme journaliste à Vienne et à Berlin et s’imposa par son talent d’observateur lucide et précis. Dans son œuvre de romancier, dont La Marche de Radetzky (1932) et La Crypte des capucins (1938) constituent deux sommets, il porte un regard aigu sur la Mitteleuropa et ses vestiges. En 1933, lorsque Hitler accéda à la Chancellerie du Reich, le diagnostic de Roth fut immédiat : « C’est l’Enfer qui prend le pouvoir », écrivit-il à Stefan Zweig. Ses livres furent brûlés et l’écrivain prit le chemin de l’exil. Réfugié à Paris où il trouva abri dans les hôtels et les cafés, il mourut à l’hôpital Necker le 27 mai 1939. Il n’avait que 45 ans mais était déjà physiquement et moralement détruit par la tristesse et par l’alcool. Le grand art du récit dont il fit preuve, la finesse et la clairvoyance de son regard, l’empathie qu’il éprouvait pour les êtres, aussi humbles et modestes fussent-ils, son courage civique et son esprit de résistance qui le portèrent à s’élever contre l’antisémitisme et le nationalisme obtus, son combat de tous les instants contre le nazisme, voilà quelques-uns des traits fondamentaux qui font que Joseph Roth demeure un écrivain qu’on ne saurait aborder avec indifférence et qui parle aujourd’hui encore à notre sensibilité.

ADALBERT STIFTER

Thomas Mann n’hésitait pas à reconnaître en Adalbert Stifter (1805-1868) « l’un des narrateurs les plus étranges, les plus énigmatiques, les plus secrètement audacieux et les plus fascinants de la littérature mondiale ». Admiré par Nietzsche, Kafka, Robert Walser ou encore Michel Foucault — mais détesté par Thomas Bernhard —, Stifter ne fut pas seulement un incomparable chantre de la nature. En tissant un dense réseau de connexions entre la réalité subjectivement limitée des personnages et l’univers des possibles qui s’ouvre au-delà de leurs paroles, ses nouvelles et ses romans aspirent à la fois à se poser comme forme accomplie et à rendre compte de l’insaisissable fluidité de la vie.

JOSEPH ROTH
Stéphane Pesnel, Claudio Magris, Pierre Morhange, Johann Georg Lughofer, Karl Zieger, Aurélie Le Née, Joseph Roth, Alexis Tautou, Jacques Lajarrige, Arturo Larcati, Jacques Le Rider, Christopher Brennan, Victoria Lunzer-Talos, Verena Lenzen, Paola Paumgardhen, Laurent Cassagnau, Herta Luise Ott.

ADALBERT STIFTER
Saverio Vertone, Riccardo Morello, Erika Tunner, Jacques Le Rider, Michael Donhauser, Laurent Cassagnau.

CAHIER DE CRÉATION
Vladimir Sorokine, François Souvay, Ralph Schock, Joaquín O. Giannuzzi, Isabel Voisin.

CHRONIQUES

Paru le 1er novembre 2019

Éditeur : Europe

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage