Robert Burns, le poète et ses doubles

Robert Burns, le poète et ses doubles

Figure protéiforme s’il en est, le poète écossais Robert Burns (1759-1796) est inspiré par les Révolutions américaine et française et formé par les Lumières écossaises ; se plaçant à la périphérie de la culture dominante, pour mieux la dominer, il brouille sciemment les frontières linguistiques, culturelles et littéraires.
Longtemps considéré comme chantre naïf, sans culture, de la vie humble des paysans écossais, Burns est, sans doute, le premier des grands poètes romantiques. Cet ouvrage analyse l’évolution de la réception de ses œuvres, au gré des préoccupations individuelles ou nationales. Tout au long du XXe siècle, la critique a en effet corrigé nombre d’idées fausses. Les vers fescennins du barde (la partie licencieuse et partant illégitime de l’œuvre), longtemps en rupture avec l’horizon d’attente à la fois de la critique et des lecteurs, et cachés au public jusqu’en 1959, font l’objet d’une étude approfondie, afin de compléter le portrait esquissé jadis, en 1893, par le poète et universitaire français Auguste Angellier.

Paru le 1er janvier 2015

Éditeur : Presses Universitaires de Lyon

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Jacques Darras

La Maye réfléchit

je froisse le temps
sa porte s’ouvre
et moi j’attends
qu’un oiseau entre m’annoncer
qu’il est grand temps que je m’envole
mes ailes d’enfant
sont repliées
quel est le livre
quelle est la page ?

Jacques Darras, La Maye réfléchit, Éditions Le Castor Astral & In’hui, 2020.