Rochefort-sur-Loire

Coordonnées :
Adresse : Mairie
Place de l’Hôtel de Ville
49190 Rochefort-sur-loire

Contact : Monsieur Roland Bernardeau
Téléphone : 02 41 78 70 24
Email : mairie@rochefortsurloire.fr
Site internet

Rochefort-sur-Loire (2000 habitants) est le berceau de l’École de Rochefort, fondée en 1941 par le poète Jean Bouhier, qui constitue après le surréalisme un des principaux mouvements de la poésie française du XXème siècle. Le Centre Poétique de Rochefort, fondé en 1991 a pour mission de valoriser ce patrimoine exceptionnel et de faire connaître la poésie contemporaine.
Toute l’année, cette structure propose des actions pour le public le plus large, et notamment les établissements scolaires, la maison d’arrêt d’Angers ou l’hôpital psychiatrique de St Gemmes sur Loire.
Une résidence d’auteur a lieu chaque année, au cours de laquelle le poète anime des ateliers dans les établissements scolaires.
Le Centre poétique constitue un centre de ressources riche de plus de 2500 ouvrages.
Le Marché de la Poésie annuel, qui existe depuis 1998, est également un rendez-vous incontournable des amateurs de poésie. Depuis 2010, des concerts, expositions, projections de films se sont greffés au marché, constituant le "Off", au grand plaisir des éditeurs et des visiteurs.
Plusieurs lieux publics de Rochefort portent des noms de poètes et à chaque mariage, les époux reçoivent le recueil édité à l’occasion d’une des résidences.

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage