Rouge assoiffée de Claudine Bertrand

Rouge assoiffée de Claudine Bertrand

Claudine Bertrand publie son premier recueil Idole errante en 1983. Par son engagement, elle contribue à faire connaître la poésie québécoise par des conférences, manifestations et ateliers au Québec et à l’étranger.
La publication de cette anthologie, préparée et préfacée par Louise Dupré, rend compte de la production de la poète. Marquée par la pensée féministe des années 1970, la poésie de Claudine Bertrand s’articule autour de la quête identitaire : de l’enfance à la vie adulte, elle se dévoile entre les lignes, dans les blancs du discours. Grande lectrice d’Anaïs Nin, sa poésie est oeuvre de continuité. Mémoire et présent se chevauchent, femme et féminité se questionnent ; l’amoureuse, malgré les blessures, n’en continue pas moins sa quête de l’amour absolu. Écriture néanmoins lucide, vibrante de la douleur du monde, on passe de la passion dévorante, voire dévastatrice, à l’affût de la vérité, la poésie de Claudine Bertrand continue de parcourir différentes avenues.

Se tissant patiemment autour de la douleur, motif qui traverse toute l’oeuvre, comme l’écrit la préfacière, cette poésie témoigne d’une quête de l’écriture au féminin ; Claudine Bertrand fait entendre une subjectivité inquiète, blessée mais toujours résistante.

Paru le 1er juin 2011

Éditeur : Typo

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.