Rue des promenades

Au matin suspendu

1er décembre 2012

Au matin suspendu

La force de gravitation,
L’attraction terrestre
C’est de l’amour.
C’était donc pour mourir, tant d’élan pour aimer ?
Alexis Bernaut a des histoires à nous raconter. Leurs points de départ, qui sont aussi leurs points de chute : le XXe siècle, la ville.
Dans ces histoires, il y a du métal et des hommes, des rêves et des cauchemars. Ce sont des histoires de fantômes, les siens, les nôtres. Une poésie pour dépendre le matin. Un recours au passé pour conjurer (…)

Poème
de l’instant

Eugenio de Andrade

Blanc sur Blanc

Traverser le matin jusqu’à la feuille
des peupliers,
être frère d’une étoile, ou son fils,
ou peut-être père un jour d’une autre lumière de soie,

ignorer les eaux de mon nom,
les secrètes noces du regard,
les charbons et les lèvres de la soif,
ne pas savoir comment

l’on finit par mourir d’une telle hésitation,
un si grand désir
d’être flamme, de brûler ainsi d’étoile
en étoile,

jusqu’à la fin.

Eugenio de Andrade, Blanc sur Blanc, Traduit du portugais par Michel Chandeigne, Éditions de la Différence, 1988.