Sans adresse, l’automne

Auteur : Jean-Albert Guénégan

Sans adresse, l'automne

L’ouvrage se présente comme un triptyque ayant pour sens commun l’humain au coeur de son quotidien. Dans la première partie, l’auteur aborde en toute humilité le caractère éphémère de la vie, s’appuyant sur le choc émotionnel ressenti au décès de ses parents.
La deuxième partie est une anthologie non exhaustive de quelques illustres poètes bretons.
Enfin, d’après l’Homme qui marche d’Alberto Giacometti, il exprime la fragilité de l’être humain, abordé par le biais de ces hommes et de ces femmes que certaines plaies existentielles d’ordre moral ou social enferment dans un statut dérangeant, celui des "sans domicile fixe"…

Paru le 1er décembre 2012

Éditeur : Editinter

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.