Seconde innocence

Christophe Langlois

Seconde innocence

Notre monde parfois paraît irrespirable et nous craignons pour nos enfants et ceux qui viendront après nous. C’est à partir et autour de ce constat que l’auteur a composé les poèmes de ce recueil. Quel que soit le point de vue où il se place – passé, présent, soi, l’autre, Dieu, l’Allemagne de son enfance, la ville, la campagne, etc. –, le poète retrouve toujours un même sentiment, léger, mais persistant, d’incomplétude du monde. Quelque chose « manque » qui empêche la révélation, l’évidence des relations aux êtres et aux choses.
Empreints de beaucoup de délicatesse, ces poèmes exercent un charme contagieux qui nous entraîne vers cette « seconde innocence, méritée, reconquise consciente » annoncée par le poète Milosz, où, merveille, nous avons le sentiment de respirer à nouveau, pleinement.

Texte de l’éditeur.

Paru le 14 mars 2019

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997