Séisme(s)

Auteur : Emmanuelle Sarrouy

Séisme(s)

Une littérature abondante est née : chroniques, témoignages, essais, récits, jusqu’à Séisme. Je note bien le pluriel, cela fait penser à la succession de malheurs ayant fracassé la première république noire, et à la tradition de résistance qui, de la colonisation aux différentes vagues d’occupation du territoire en passant par les régimes despotiques, a marqué l’imaginaire. Le livre Séisme(s) a une histoire particulière. Il prend son sens dans une double relation : le deuil d’une mère ayant perdu ses enfants, Yves Nelson et Naschka, au cours du séisme. Et la relation d’Haïti au monde. Car la mère qui pleure ses enfants est d’une autre terre. D’une autre culture. Mais son cri dépasse les frontières géographiques et raciales pour faire écho jusqu’à nous.

(Extrait de la préface de Rodney SAINT-ÉLOI)

Paru le 9 février 2019

Éditeur : L’atinoir

Genre de la parution : Prose

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

La colline que nous gravissons

Mais soudain, l’aube nous appartient.
Sans savoir à quoi cela tient, nous agissons.
Sans savoir à quoi cela tient, nous avons
tenu bon,
Témoins d’une nation non pas brisée,
mais simplement inachevée.

Amanda Gorman, La colline que nous gravissons , Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lous and the Yakuza, Éditions Fayard, 2021.