Si je mourais là-bas, poèmes de la Grande Guerre de G. Apollinaire

Si je mourais là-bas, poèmes de la Grande Guerre de G. Apollinaire

Images de Olivier Charpentier
Préface de Jean Rouaud

"Si je mourais là-bas sur le front de l’armée
Tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée
Et puis mon souvenir s’éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l’armée"

Cet ouvrage réunit dix-neuf textes d’Apollinaire écrits au front. Poèmes des tranchées mais aussi de l’amour, du désir, de la peur et de l’attente, ils témoignent du lyrisme d’un poète aux prises avec la guerre et éprouvé par l’absence de l’être aimé.

Paru le 1er novembre 2006

Éditeur : Complexe

Genre de la parution : Livre d’artiste

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.