Si je mourais là-bas, poèmes de la Grande Guerre de G. Apollinaire

Si je mourais là-bas, poèmes de la Grande Guerre de G. Apollinaire

Images de Olivier Charpentier
Préface de Jean Rouaud

"Si je mourais là-bas sur le front de l’armée
Tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée
Et puis mon souvenir s’éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l’armée"

Cet ouvrage réunit dix-neuf textes d’Apollinaire écrits au front. Poèmes des tranchées mais aussi de l’amour, du désir, de la peur et de l’attente, ils témoignent du lyrisme d’un poète aux prises avec la guerre et éprouvé par l’absence de l’être aimé.

Paru le 1er novembre 2006

Éditeur : Complexe

Genre de la parution : Livre d’artiste

Poème
de l’instant

James Noël

Brexit

Aux yeux des étoiles, les murs et les gratte-
ciels sont des géants aux pieds d’argile Les
étoiles, ça roule des reins et cille des yeux
dans leur migration hautement lucide Pour
elles, le monde est plat et sans hauteur dans
son asphalte, donc ils ne constituent pas une
preuve solide, indéboulonnable dans l’univers

James Noël, Brexit, suivi de La Migration des murs, Éditions Au diable vauvert / 2020.