Signer les souvenirs

de Laura Tirandaz

Signer les souvenirs

Gravures de Anne Slacik.

Émaillé de volcans, de fleuves et de roses, Signer les souvenirs est une mosaïque d’impressions et de scènes au fil d’un voyage en Équateur. Au gré des rues de Quito, la capitale, ou de rencontres dans la forêt amazonienne, des noms et des prénoms reviennent, ainsi que des couleurs, comme ce bleu profond des toiles du peintre équatorien Oswaldo Guayasamín.

Cette traversée des jours et des distances, empreinte d’enfance et d’éclats, s’inquiète de voir sa vie s’éloigner autant que ses souvenirs.
Comment intégrer l’expérience vécue dans une existence en dedans de soi ? Qu’est-ce que cela dit de nous ? A quoi appartient-on finalement : à nos souvenirs ou à notre présent ? A nos morts ou à cette existence qui continue "quand même" ?

Attendant le bus
Avec la docilité du chiot tiré par l’enfant qui avance
Avec la stratégie de l’insecte qui sacrifie une patte pour se sauver
je suis les jours qui passent
L’attente de quelque chose de plus grand
A la mesure de l’écho que renvoie la forêt au moteur de pirogue

Prix de la Découverte poétique Simone de Carfort de la Fondation de France

Paru le 1er mai 2019

Éditeur : Aencrages&Co

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Ludovic Janvier

Bientôt le soleil

« Je ne cherche pas l’essor, l’oubli, la grâce, je sais qu’ils me sont impossibles. Et d’ailleurs je ne le voudrais pas. L’ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la présence à plein regard de la mer qui fait masse ou du feuillage hanté par le ciel. De sorte que les jours de timidité, ou de trop fort vouloir, je reste pris dans la glu du moment, prisonnier du trop plein jusqu’à la nausée. Les jours de décision, j’allais dire de légèreté mais ne te vante pas, je vois sortir de moi une réponse, plus ou moins claire, plus ou moins simple, plus ou moins forte. Content ? Non, jamais content. Mais, quand même, content. »

Ludovic Janvier, Bientôt le soleil, Flohic Éditions, 1998.