Sisty-nine sit’poems de Stéphane Rosière

Sisty-nine sit'poems de Stéphane Rosière

Instantanés de vies, narratifs et lyriques à la fois, les Sisty-nine sit’poems sont suivis des Sept vies de Stéfan Bey, livre d’errance et de visions à Istanbul, dans le souvenir de la poésie Beat.

Sisty-nine sit’poemes reflètent la violonté de trouver une voie entre prose et poésie qui ne soit ni trop classique ni trop expérimentale. Au travers de ces textes courts, marqués par une unité de lieu et d’atmosphère, Istambul puis New-York, l’auteur cherche à restituer une émotion, dans le souvenir de la poésie beat de Jack Kerouac.

Stéphen Rosière est né en 1959. Il est géographe.
Il est maître de conférences en géographie à l’Université Nancy II. Il a participé au collectif d’artistes et d’écrivains Paso Doble et a cofondé la revue Hors Bord. Il a publié BeaT Regeneration. On the words… in New-York City (éditions Panenti, Florence) et écrit notamment dans les revues Quaderno et Rue Saint Ambroise.

Sisty-nine sit’poemes est son premier livre publié en France.

Paru le 1er avril 2005

Éditeur : Les petits matins

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.