Sol’Air

Contact

8 rue de Budapest

44000

Nantes

Dans l'air sans remède de Jean-Pierre Parra

1er mai 2010

Dans l’air sans remède de Jean-Pierre Parra

"Soumis au joug brutal de la nécessité
tu attends
tristesse de la douleur vécue
dans le temps de vie abolie
l’injection qui soulage
la pesante maladie
Regards douloureux
ton coeur sondé
veut entendre
pensées de mort lancées
les pas de l’infirmière
qui soulagent la pensée."

Entré tout entier dans le nom de Sans Domicile Fixe de Jean-Pierre Parra

1er janvier 2009

Entré tout entier dans le nom de Sans Domicile Fixe de Jean-Pierre Parra

"Endormi à même le sol
sous le rire qui éclate à tous les échos
détacher
nuit entrée sortie
ton coeur de douleur ouverte
du regret d’avoir si peu vu
la vie
enveloppée par les lacets de la mort"

Liens avec les autres hommes de Jean-Pierre Parra

1er janvier 2009

Liens avec les autres hommes de Jean-Pierre Parra

"Mort contredite
sur le lit dur
derrière les murs de l’hôpital
tu sens
à demi vêtu dans le temps semblant arrêté
le jour s’étirer
dans son étreinte dure qui dure…"

Poème
de l’instant

Ludovic Janvier

Bientôt le soleil

« Je ne cherche pas l’essor, l’oubli, la grâce, je sais qu’ils me sont impossibles. Et d’ailleurs je ne le voudrais pas. L’ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la présence à plein regard de la mer qui fait masse ou du feuillage hanté par le ciel. De sorte que les jours de timidité, ou de trop fort vouloir, je reste pris dans la glu du moment, prisonnier du trop plein jusqu’à la nausée. Les jours de décision, j’allais dire de légèreté mais ne te vante pas, je vois sortir de moi une réponse, plus ou moins claire, plus ou moins simple, plus ou moins forte. Content ? Non, jamais content. Mais, quand même, content. »

Ludovic Janvier, Bientôt le soleil, Flohic Éditions, 1998.