Sur le fleuve

Auteur : Silvia Baron - Supervielle

Sur le fleuve

Le 10 novembre 2012 l’écrivaine franco-argentine Silvia Baron Supervielle a reçu le Prix de Littérature Francophone Jean Arp 2012 pour l’ensemble de son œuvre de romancière, d’essayiste et de poète. Durant ces dernières années, l’œuvre de Silvia Baron Supervielle s’est imposée à travers trois types d’écriture : les récits et romans, publiés aux éditions Gallimard (récemment : Le pont international, 2011) ; des essais et proses, également chez Gallimard (dernièrement : Une reconstitution passionnelle, correspondance avec Marguerite Yourcenar, 2009) ; enfin la poésie, publiée chez Arfuyen. Silvia Baron Supervielle est aussi l’auteur de nombreuses traductions, notamment chez Arfuyen : Thérèse d’Avila, Cantiques du chemin, 1999, et Ángel Bonomini, Tours de silence, 2004.
Depuis longtemps l’œuvre de Silvia Baron Supervielle tourne autour de l’image fondatrice du fleuve : ce Río de la Plata qui sépare et unit ses deux patries maternelle et paternelle, l’Uruguay et l’Argentine. Qu’on se rappelle le titre de son récit La rive orientale (Le Seuil, 2001) ou celui de son récent roman Le pont international (Gallimard, 2011) : tous deux évoquent ce fleuve sans pareil. Plus largement encore cependant, cette image première renvoie aujourd’hui tout à la fois à la figure de l’Océan, qu’elle traversa pour rejoindre la France de ses ancêtres paternels, et à la figure de la Seine, qu’elle voit couler sous les fenêtres de sa pièce de travail….
suite à lire sur http://www.arfuyen.fr

Paru le 1er avril 2013

Éditeur : Arfuyen

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.