Sur le seul invisible

Auteur : Alain Suied

Sur le seul invisible

Préface de Gérard Pfister
Image de couverture de Pierre Dubrunquez
Collection Cahiers d’Arfuyen n°205
Alain Suied est mort le 24 juillet 2008 des suites d’une longue maladie. Né le 17 juillet 1951, il venait de fêter son 57e anniversaire. En mai 2007, les Éditions Arfuyen, qui depuis vingt ans n’avaient cessé d’accompagner son œuvre, avaient publié son dernier livre au titre prémonitoire : Laisser partir. Le présent volume, Sur le seuil invisible, est le dixième recueil d’Alain Suied publié par les éditions Arfuyen depuis 1989 (à quoi s’ajoutent les traductions).
Son parcours, commencé avec la publication de plusieurs de ses poèmes dans la prestigieuse revue L’Éphémère alors qu’il n’avait que 17 ans, suivie de deux recueils édités au Mercure de France sous le parrainage d’André du Bouchet, aura été d’un bout à l’autre exceptionnel. Poète, traducteur, essayiste, il laisse une œuvre d’une force, d’une originalité et d’une authenticité qui le placent parmi les plus grandes voix de sa génération.

Paru le 1er janvier 2013

Éditeur : Arfuyen

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.