Survivre à Charlie Hebdo

A Charb, à Cabu, à Tignous, à Wolinski, à Oncle Bernard…

Fasciste-est-là

Bouche arrachée

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

Le rire saigne

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

Intelligence blessée

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

Libre pensée assassinée

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

Corps mutilés

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

L’horizon barbelé

Et nous

Où sommes-nous ?

Bouche ouverte

Nous sommes là

Rire en berne

Nous sommes là

Intelligence en alerte

Nous sommes là

Pensée vivante

Nous sommes là

Corps debout

Nous sommes là

L’horizon déverrouillé

Nous sommes là

Tristes oh tristes !

Nous serons là

Paris, 07/01/15, 14h10

Marc Delouze

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.