Survivre à Charlie Hebdo

A Charb, à Cabu, à Tignous, à Wolinski, à Oncle Bernard…

Fasciste-est-là

Bouche arrachée

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

Le rire saigne

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

Intelligence blessée

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

Libre pensée assassinée

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

Corps mutilés

Et nous

Où sommes-nous ?

Fasciste-est-là

L’horizon barbelé

Et nous

Où sommes-nous ?

Bouche ouverte

Nous sommes là

Rire en berne

Nous sommes là

Intelligence en alerte

Nous sommes là

Pensée vivante

Nous sommes là

Corps debout

Nous sommes là

L’horizon déverrouillé

Nous sommes là

Tristes oh tristes !

Nous serons là

Paris, 07/01/15, 14h10

Marc Delouze

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.